««« Retour share
journal n698 - 11/07/2013
Les espaces culturels et sociaux propulsent le cabinet Erades-Bouzat
Cest un peu le Sacre du Printemps pour Christophe Erades et Cline Bouzat, avec linauguration de deux difices publics illustrant leur savoir-faire et leur style.

erades_bouzat_mediathque_villeneuve_300En mai s’ouvrait à Villeneuve-Loubet la médiathèque Auguste Escoffier, suivie en juin du centre culturel Pasteur à Nice. «Pour la médiathèque, nous avons utilisé largement le bois pour surmonter un sol meuble», précise Christophe Erades. Le centre culturel Pasteur, lui, fait  référence à une architecture plus nordique. «J’aime beaucoup  l’école scandinave pour son ouverture d’esprit, comme en témoignent les réalisations de l’agence danoise Big (Bjarke Ingels)».

 

erades_bouzat-pasteur-nice_faade_nordest_300Après une formation scientifique, Christophe Erades a choisi l’architecture : «on peut voir se concrétiser un projet de la feuille au terrain.» Il rencontre Céline Bouzat à  l’Ecole d’architecture de Marseille, avec laquelle il créera son cabinet villeneuvois. «A une époque où le Conseil général ouvrait ses concours à de jeunes architectes  locaux…» Une mise en selle qui n’existe plus aujourd’hui. En association avec ABC Architectes, ils auront participé à la conception du collège Simon Wiesenthal de Saint-Vallier, avec Ducic et SanSoë au gymnase du Lycée de l’Ouest, puis à la création d’une crèche à Saint-Paul de Vence ou du vestiaire du Fort Carré.

 

Christophe Erades a devancé l’actuelle loi Duflot en participant en 2005 à la transformation d’un immeuble de bureaux à Nice en une résidence de 29 logements earades_bouzat_logements-californie_300sociaux. «Nous avons accroché à la façade des balcons constitués de caillebotis en acier galvanisé et d’un plancher en bois exotique de 1,65m assurant plus de surface.» Logement social toujours avec le prochain immeuble de 82 appartements sur l’avenue de la Californie, à Nice encore, qui dévoilera ses astuces architecturales pour tenir compte d’un foncier  restreint et contraint. «La densification permet de s’adapter au site, c’est une question d’équilibre.» Christophe Erades et Céline Bouzat déplorent l’accumulation de normes qui parfois se contredisent : «nous aboutissons à une banalisation des bâtiments qui pénalise la qualité architecturale.» 

 

La crise économique, avec l’annulation des projets publics et la chute des projets privés, contribue à cet appauvrissement de la créativité dans une région qui devrait pourtant en être la vitrine privilégiée.

 

 



Michel Bovas