««« Retour share
journal n°685 - 11/04/2013
Lancement réussi pour le Galileo Master régional Nice-Sophia

Le cycle est immuable : revoilà le concours European Satellite Navigation sur orbite, pour sa 10e circonvolution. Avec sa constellation de prix annexes, dédiés aux entreprises, instituts de recherche et même particuliers qui s’illustrent sur le segment du spatial et de ses applications pratiques, et ce dans 23 régions d’Europe où chacun peut postuler à l’envi.

 

Applications satellitaires liées à la sécurité, mais aussi plus largement téléphonie mobile ou transports intelligents, chaque lauréat se voit aidé financièrement et logistiquement pour mener son projet à bien. Pour la France, deux régions en lice (Aquitaine et PACA) avec de réelles chances pour les Alpes-Maritimes, terreau essentiel de l’industrie spatiale (Thales Alenia Space, incubateur PACA-Est, Pôle Pégase…).

 

C’est qu’il s’agit d’anticiper : avec 200 satellites commerciaux de plus dans l’espace d’ici 10 ans, le marché est immense pour qui saura innover dans le bon sens. Ce qu’ont déjà réussi quelques talentueux Maralpins (Vu Log, Whoog, CoRisk, Nodbox…).

 

Derrière ces Galileo Masters, l’enjeu est énorme : l’Europe spatiale veut à tout prix préserver son indépendance, elle devra donc s’aligner sur le reste du monde. L’avenir de notre quotidien passera par les étoiles… Et par ce fameux Galileo, nom d’un projet soutenu par l’UE qui prévoit la mise en orbite d’une trentaine de satellites pour concurrencer le tout puissant monopole du système GPS : des données mises en commun et, sur terre, une géo-localisation affinée pour tous. Pour l’heure, place à l’innovation et aux inscriptions des entreprises ou porteurs de projets à ce grand concours pour dépasser frontières et cumulus. Pour voir l’avenir… d’un peu plus haut.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Isabelle Auzias