««« Retour share
journal n°652 - 10/08/2012
Natation / JO : pas peu fiers d'être Niçois
Alain Bernard doit se retourner dans son slip de bain devant l'effervescence provoquée par les médailles de l'Olympic Nice Natation...

Le champion antibois avait dû se contenter de la traditionnelle page de pub de remerciements politiques et collectifs dans Nice Matin. Pour nos quatre Niçois et leurs précieux sésames londoniens, neuf au total, ce sera un tantinet différent : la ville sort le grand jeu, accueil VIP à l'aéroport, presse à gogo, Prom' coupée et même cocktail avec orchestre à la villa Massena, avant le grand feu d'artifice sur la baie des anges nageurs... Car le retour de nos médaillés au bercail, c'est surtout l'occasion d'une énorme action de communication pour Christian Estrosi à la veille de ses vacances : il peut partir tranquille...

Premiers cafouillages à l'aéroport, où quelques très proches se voient refuser d'approcher nos héros à la descente de l'avion. Et ça fulmine... Supporters clairsemés et familles auront poireauté plus d'une heure. Puis c'est le défilé vite envoyé sur la Prom' à bord du "Bus Impérial" (ça ne s'invente pas, c'est écrit dans le communiqué de presse, sans doute un hommage à Napoléon III en ce jour de liesse). Escale devant le théatre de Verdure avec double podium, un pour les athlètes, l'autre pour les caméras. D'où vient cette pénible et récurrente impression que trop de chauvinisme tue le chauvinisme ? L'on aura donc appris que Nice est la ville la plus médaillée au niveau planétaire. En natation il va de soi. Encore plus fort que la désormais traditionnelle "première française".

 

Côté public, ce ne fut pas Waterloo, mais ce ne fut pas Arcole. Heureusement, le troupeau de journalistes et l'imposante escorte policière ont éveillé quelques soupçons : beaucoup ne savaient pas ce qu'ils allaient voir, mais ils y sont allés quand même ! Hollande ? Lady Gaga ? Non, Agnel et Muffat.  Côté médias, outre leur mission d'information immédiate sur des touristes un peu décontenancés devant une Prom' tout à coup vidée de son flux, grosse panique sur les "directs" prévus : m'enfin, certains ne seraient-ils toujours pas habitués à Nice ?

Côté nageurs, on joue le jeu, parfois avec le sourire, même si les coeurs sont restés à Londres, et que l'on murmure qu'ils ne font qu'un aller-retour pour ne pas louper la cérémonie de clôture. On a beau être super fiers de notre ONN, ne pouvait-on pas patienter jusqu'à mardi pour saluer nos performers locaux ? Aux Olympiades de la comm', c'est sûr, l'or est à notre portée : on est niçois, oui ou non ?

 

Isabelle Auzias