««« Retour share
journal n°687 - 25/04/2013
Mon ISF, c’est maintenant
Changez votre regard, et la destination de votre impôt sur la fortune, en aidant les enfants de la Fondation Lenval. Les vôtres…

L’épreuve est difficile, quel que soit le patrimoine du déclarant. L’impôt sur la fortune fait souvent grincer des dents. Alors pourquoi ne pas l’utiliser à améliorer le quotidien des enfants malades, hospitalisés ou en souffrance sociale, comme le permet la loi TEPA depuis 2008, par l’intermédiaire d’un don à une Fondation ? Et dans les Alpes-Maritimes, la référence, c’est Lenval, reconnue pour son sérieux, sa justesse, le professionnalisme de ses équipes et de ses gestionnaires. Pour les nombreuses actions qu’elle mène aussi, et ce sur différents terrains. Dernière en date : la Maison des Ados (centre Marina Picasso), réalisée grâce aux dons, qui pour sa première année d’activité au coeur de Nice a su montrer toute son importance sur un public de 12-20 ans de plus en plus nombreux. Un investissement de 2,7M€ pour la Fondation, une salvatrice structure, et des dons collectés au titre de l’ISF 2012 bien placés…

 

Pour la cinquième année consécutive, Lenval fait donc appel à de généreux mécènes assujettis à cet impôt qui porte si bien son nom : un impôt de «solidarité»… C'est le message porté par Pierre Costa et Bernard Lecat, président et directeur de la Fondation, dans la pure tradition de l’établissement, bâti, développé et modernisé grâce à cette solidarité. En pratique, la loi TEPA permet de déduire de l’impôt 75% du montant des dons consentis aux structures reconnues d’utilité publique (jusqu’à 50.000€). Et le calendrier de l’ISF 2013 vient d’être rendu public : les contribuables ont jusqu’au 27 mai prochain pour remplir et envoyer leur déclaration (papier) si leur patrimoine est compris entre 1,3 et 2,57M€, déclaration qui devra être jointe à celle des revenus. Si le patrimoine taxé est supérieur, la date-limite est relevée au 17 juin.

 

«Ces dons et legs nous permettent de respecter les objectifs statutaires de notre Fondation : accueillir tous les enfants, sans distinction d’origines ou de ressources», rappelle Bernard Lecat. «Ce sont parfois de petits dons de particuliers anonymes modestes, d’entreprises, ou de plus importants, et depuis quelques années, cette loi et ses déductions induites nous y aide, dans la rigueur et la transparence.» D’ailleurs, de nombreux conseils en gestion n’hésitent pas à proposer cette solution à une clientèle souvent sensible à ce petit geste envers la collectivité et ce qu'elle a de plus cher : ses enfants. «Les dons recueillis sont affectés à un objet précis, une machine, un progrès technologique, du confort, des jouets, ou une reconstruction et/ou modernisation d’une structure attachée à Lenval. On peut même le préciser lorsque l’on envoie le chèque en cas de volonté précise.» Ainsi, en 2012, les legs et donations encaissées ont représenté plus de 228.000€. L’ISF, lui, a rassemblé 121.000€, et les dons en matériels et autres équipements s’élèvent à près de 900.000€. Une voie grand-ouverte sur la générosité, et sur un meilleur avenir pour tous nos enfants azuréens.

 

 


Isabelle Auzias

 


www.lenval.org