««« Retour share
journal n°661 - 18/10/2012
L'AMF et la Banque de France au service des épargnants
A l'heure où les produits traditionnels rapportent peu, les deux entités informent et mettent en garde.

L'Autorité des marchés financiers (AMF) s'est dotée il y a deux ans d'une Direction des relations avec les épargnants (DREP). Ses missions : informer les consommateurs, analyser leurs comportements et les pratiques de commercialisation des produits financiers, et aider au règlement amiable des litiges. Et également animer le pôle commun institué avec l'Autorité de contrôle prudentiel (ACP) : sa vocation est de coordonner les actions conduites par les deux autorités en termes de protection des clients et des épargnants.

Sur le terrain, l'AMF et la Banque de France rencontrent régulièrement les banquiers et associations de consommateurs de toutes les régions de France, pour pouvoir partager avec eux des connaissances essentielles dans le contexte actuel. A Nice, la journée d'information s'est déroulée à l'aéroport ce 9 octobre, animée par Marc Lantéri, directeur départemental de la Banque de France, et Natalie Lemaire, directrice de la DREP. Qui a mis en garde les intéressés : «actuellement, les produits traditionnels ont un rendement assez faible. Et il existe un certain nombre d'interlocuteurs, souvent sur internet, qui font des propositions commerciales inadaptées au profil des consommateurs, du type : devenez trader en 24h et arrêtez de travailler»...

 

Natalie Lemaire souligne donc la nécessité pour les associations et les consommateurs eux-mêmes de disposer d'un certain nombre de repères et de réflexes devant les offres qui peuvent leur être faites. D'autant plus qu'une étude CREDOC* réalisée en 2011 montre que 80% des Français se déclarent peu à l'aise avec les produits financiers et, plus inquiétant encore, qu'un tiers d'entre eux sont prêts à croire que l'on peut cumuler absence de risque et potentialité de profitconséquente. «C'est impossible. Il faut bien comprendre que toute espérance de gain est forcément la rémunération d'un niveau de risque. Et c'est sur ces cibles faciles que, malheureusement, un certain nombre d'interlocuteurs vont faire des propositions commerciales totalement décalées.»

 

Des pratiques pas toujours transparentes, des propositions trompeuses, une ignorance des produits financiers, qui ont conduit à la création conjointe par l'AMF et l'ACP d'un point d'entrée commun, Assurance Banque Epargne Info Service. Des agents de la Banque de France et de l'AMF répondent ainsi aux questions des consommateurs et les orientent si nécessaire vers des juristes spécialisés. Marc Lantéri donne quelques chiffres : «en 2011, nous avons reçu 65.000 appels sur cette plateforme. 14.500 portaient sur les assurances, 10.800 sur la bourse et les produits financiers, et 39.700 concernaient des sujets bancaires.» Et Natalie Lemaire de compléter : «une base tout à fait intéressante en matière de recueil d'informations, mais aussi de sujets de préoccupation des français».

 

 

Lizza Paillier

 

* Centre de recherche pour l'étude
et l'observation des conditions de vie

 

www.amf-france.org et 01.53.45.62.00
www.abe-infoservice.fr et 0811.901.801