««« Retour share
journal n°669 - 13/12/2012
Les honneurs et les insignes pour Danièle Mazzega
La présidente a été reçue ce lundi dans le cercle fermé des Chevaliers dans l’Ordre national de la Légion d’Honneur.

ia_14_dec_bas_de_9_300La visite de Jean-Marc Sauvé, vice-président du Conseil d’Etat, était certes protocolaire. Discussion avec les magistrats, les représentants des Avocats, le bâtonnier Mouchan en tête, avec le personnel du greffe, la journée niçoise aura été placée sous le signe des grandes évolutions à venir : et parmi elles, l’attendue dématérialisation des relations entre les parties et la juridiction (télé-procédure).
Après avoir dressé un exhaustif état des lieux du tribunal administratif, Jean-Marc Sauvé et sa délégation se sont rendus à quelques encablures, au Club Nautique, pour une autre forme de célébration : la remise des insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur à la présidente Danièle Mazzega, aussi heureuse qu’émue, qui a voulu partager cet honneur avec l’ensemble de ses collaborateurs et de sa famille, dans le respect d’une «justice qui évolue pour un meilleur accomplissement d’un état de droit.»

 

 

Pourtant d’ascendance italienne, Danièle Mazzega aura mis du temps à rejoindre le sud après l’Ecole nationale d’administration et deux DEA (urbanisme et droit social) : une carrière qui débute à Strasbourg, qui se prolonge à Nancy (Cour d’appel) puis à Besançon, c’est en 2011 qu’elle prend la présidence du Tribunal administratif de Nice. Ses qualités, longuement défendues par Jean-Marc Sauvé? Une puissance dans le travail, une compétence, de la finesse aussi, un discernement certain et un reconnu sens du droit, «des vertus que l’on attend d’un président de Tribunal administratif.» Sans oublier une large ouverture d’esprit, «pour des décisions parfois innovantes mais toujours réfléchies et étayées de nombreuses recherches.»

 

Collégiale jusqu’au bout des doigts, Danièle Mazzega est aussi la mère de trois enfants, et heureuse grand-mère depuis quelques mois, tout en «soutenant les uns et aiguillant les autres, dans une juridiction qui fonctionne bien.» L’alliance de deux vies récompensée ici par ces honorifiques insignes reçus avec beaucoup d’humilité : «je suis impressionnée, émue et reconnaissante, et me prépare à un engagement encore plus irréprochable pour honorer cette distinction. Dans une œuvre commune, pour prendre une bonne décision.» L’émotion, elle-aussi, fut amplement partagée…

 

 

 

 

Isabelle Auzias