««« Retour share
journal n672 - 10/01/2013
Anniversaire > Sous la plume de Jeanne
Un Negresco relook pour son centenaire, mais une seule icne, Jeanne Augier, qui sest plie une longue sance de ddicaces.

On l’appelle la Dame du Negresco. «La Grande Dame», ajouteront ses amis, venus nombreux autour du père Gil Florini et de Michel Palmer, fidèle parmi les fidèles, rendre un hommage appuyé à la propriétaire des lieux. C’est aussi le titre de son autobiographie, bien trempée, comme elle. Eric Ciotti, Auguste Vérola, les politiques étaient au rendez-vous, alors que dans le hall flânaient quelques curieux attirés par les photographes. «Dans la vie, il faut du caractère pour faire avancer les choses. (…) Le centenaire du Negresco était le moment parfait pour faire un bilan de 55 ans de ma vie à la tête de cette maison.»

 

Dont acte, de ses racines bretonnes encore à fleur de peau à son sacre, aujourd’hui, en son salon Versailles où les flashs crépitent. «Cela fait des années que l’on me demandait d’écrire mes mémoires, et bien c’est chose faite.» Les invités, des femmes en grande majorité, la plébiscitent, et elle le leur rend bien: «nous sommes plus droites, nous allons plus loin que les hommes, qui sont douillets et craintifs !» Pas de polémique au sein des troupes concernées, qui acceptent bien volontiers la caricature de «Madame». Voire même un argument de vente pour le père Gil Florini, vice-président délégué général du Fonds de dotation du Negresco : «tout le monde connaît Jeanne Augier, son caractère bien trempé, son tempérament, son goût raffiné. Peut-être que sa vie, racontée dans ce livre, fera naître quelques vocations…»

 

 



Isabelle Auzias