««« Retour share
journal n°671 - 03/01/2013
Anniversaire > JapoNice ou le terroir passé au filtre nippon
Keisuke Matsushima fête les dix ans de sa présence niçoise.

Tous les qualificatifs d’usage fusent autour du «samouraï du piano» qui s’amuse à se présenter en costume niçois ou en version Père Noël le jour de son anniversaire.
Trois établissements désormais portent sa griffe à Nice. Point commun : la volonté clairement affirmée de jouer, non de la fusion, mais de passerelles subtiles entre Comté et délicatesses japonisantes.

On n’est pas forcé de tout aimer de ces déclinaisons où le sucré/salé peut parfois laisser perplexe, mais il est incontestable qu’elles apportent une originalité bien travaillée et agréablement venue, toujours fraîche et saine. La dernière née, baptisée Ecole de Nice, est peut-être sa plus flagrante réussite. Mais la maison-mère de la rue de France, agréable lieu en sobre décor ponctué d’humour avec, tout prochainement, sa Tête au carré des amis référence, reste l’étape d’interprétation gastronomique.

 

Produits frais de saison, originalité étoilée, ambiance zen de la cuisine à la salle, sensibilité aux ressources locales. Tout le savoir issu d’une formation auprès de deux et trois étoiles français aboutit à une cuisine originale qui n’a laissé indifférents ni Michelin ni Gault & Millau. Profondément attaché à ses racines, le discret interprète possède aussi, rue Gubernatis, un établissement dédié à la cuisine familiale japonaise façon ressources méditerranéennes.
Mais Kei n’est pas seulement le Japonais nissart de notre terroir, il est aussi le flambeau gastronomique étoilé d’une cuisine méditerranéenne à Tokyo où le succès est très franchement au rendez-vous.


Pour son anniversaire qui est aussi celui des dix ans de son installation à Nice, Kei a invité ses amis, d’abord dans son restaurant puis au Château Crémat pour une fête où les copains venus spécialement du Japon, famille et amis, se mêlaient à nombre de chefs du Comté. Découverte déclinée en barbajuan d’hiver, chips de polenta, croquettes de châtaigne, rillettes de lapin, sans oublier son plat signature, le mille-feuilles de bœuf simmenthal au wasabi.
Un menu déjeuner entre 20 et 28€ pour une découverte au Keisuke Matsushima  (compter 60€ à la carte), un menu saison à 35€, Japonice à 50€ chez Saison ou une toute légère formule déjeuner cantine à 15€, Nissa la Bella à 25€ au Bistrot de l’Ecole de Nice: notre étoilé souriant, ami de maints artistes, plus décalé que ne laisserait penser son air paisible, continue à nous offrir des tables originales fort abordables.

 

 


Liliane Tibéri

Video Isabelle Auzias