««« Retour share
journal n709 - 26/09/2013
Et Ulysse voyage en son palazzino
Mare nostrum, fil conducteur des Colombires, maison et jardins.

A highly important property». Sotheby’s International Realty, avec six agences sur la Côte d’Azur, se positionne dans un rôle de leader sur le marché mondial de la vente en immobilier de prestige. Parmi ces propriétés de luxe, les résidences «historiques» forment un petit monde à part. Si ce ne sont pas finalement les biens les plus faciles à vendre, ce sont ceux qui véhiculent une aura de légende.

 

Menton, cité de jardins célèbres aux essences exotiques variées, s’enorgueillit également, aux Colombières sur les hauts de Garavan, d’un très atypique domaine, résolument méditerranéen. Son concepteur, Ferdinand Bac, écrivain, caricaturiste, paysagiste et peintre, petit neveu illégitime de Napoléon, le conçut des jardins aux plans, aux peintures, au mobilier et jusqu’aux rideaux dans les années 1920-1925. La solide bâtisse sur trois niveaux frappe dès le premier abord par son crépis safran et ocre à la crétoise, tranchant sur la tendance aux murs blancs qu’il jugeait «monotone et aveuglante». Reprenant son parcours de voyage(s) autour de la Méditerranée, en écho à l’Odyssée, il a créé une synthèse ensoleillée et haute en couleur, enchâssée dans un jardin secret qui semble retiré des préoccupations du quotidien. Pas de fleurs qui lui rappelaient trop son mariage malheureux et son enterrement, qu’il souhaitait le plus lointain possible, mais des rochers, des perspectives étudiées pour mettre en scène des arbres centenaires, des colonnades, un obélisque, une fontaine, un temple, débouchant au final sur un promontoire surplombant Menton et l’horizon maritime.

 

 

 

 

La demeure, véritable embarquement dans le passé/présent d’une inspiration Napoléon III, décline un rez-de-chaussée avec chambre vénitienne, salle à manger à loggia encadrant une sublime vue de Menton, salon magnifié de fresques évoquant  l’Espagne et l’Orient, un salon de musique avec sanctuaire des Muses, vue sur le jardin d’Homère. A l’étage, les chambres à thème et fresques possèdent toutes de belles salles de bains décorées aux aménagements contemporains. Au rez-de-jardin, l’appartement vénitien de Bac et les aménagements récents ouvrent sur une terrasse avec une grande piscine.

 

La destinée contrastée des Colombières, avec une succession confuse en 1992, laissent un domaine prestigieux mais très défraîchi. Le rachat par des passionnés, le couple Likierman, va ouvrir, à partir de 1995 sur un chantier de restauration exemplaire dans la splendeur initiale. 800m², 14 chambres, dans un parc classé de 3,5 hectares, une maison d’amis, des logements pour le personnel, un grand garage, une piscine chauffée : le 30 novembre prochain sous la houlette de Sotheby’s, les offres d’achat seront dépouillées, et la meilleure ouvrira le nouveau chapitre de l’histoire des Colombières.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Liliane Tiberi
Videos Isabelle Auzias