««« Retour share
journal n°686 - 18/04/2013
La Pinède bien campée sur ses racines swing
Une affiche des plus traditionnelles ponctuée de nouveautés pour Jazz à Juan 2013. Peu de légendes manquent à l’appel.

Bien sûr, il y aura quelques digressions consenties en toute amitié au blues, au folk, au rock ou à la bossa. Des cousins proches qui n’entameront en rien la grande fête jazz de l’été. Toutes générations mêlées, ils attaquent de front, les Avishai Cohen, Ibrahim Maalouf, Diana Krall, Marcus Miller, Wynton Marsalis, Wayne Shorter, et l’indétrônable triplette maison Jarrett-Peacock-DeJohnette, 14 Jazz à Juan consécutifs au compteur.

 

Au chapitre des surprises, un acoquinage vintage entre Temptations et Supremes : une première pour le festival azuréen, et de la nostalgie dans le fond de l’air… L’occasion d’apprendre, pour les plus jeunes, que You keep me hanging on n’est pas une chanson de Kim Wilde. Retour sur les découvertes, avec
Melanie Scholtz, ex-Révélation, aujourd’hui tête d’affiche…

 

L’événement fédérateur, c’est aussi et surtout Sting «back to bass», qui honore la Pinède Gould de sa prestance pour la première fois. Et l’on reconnaîtra là l’esprit joueur et éclectique de Jean-René Palacio, maître de la programmation juanaise. En ville, le Jazz Off sera partout : les rues, les places, les scènes, les plages, les boutiques, une vingtaine de formations à l’ouvrage et une multitude de talents à déguster in situ sans modération. Un bien beau millésime 2013 pour le Jazz à Juan qui ne faiblit pas sous le poids des ans : 53 étés déjà, et pas une ride.

 

 

 


Isabelle Auzias

Vidéo LP

 


Du 12 au 21 juillet à la Pinède Gould de Juan-les-Pins et dans toute la ville pour le Off
Programme complet, tarifs et résas www.jazzajuan.com