$titre
 

««« Retour share
15/02/2012
Robertet le parfum du succs
L'entreprise a inaugur un site de production de 12.000 m cette anne.


  Comment établir un palmarès cohérent des premières entreprises du département sans évoquer le secteur de la parfumerie ? L'activité qui a permis au bassin grassois de se tenir relativement en dehors de cette crise qui, par ailleurs, fauchait les économies. Et fleuron parmi les fleurons : Robertet.

Le spécialiste azuréen des arômes alimentaires, des matières premières naturelles et des compositions pour parfums a eu une activité 2011 particulièrement chargée, côté chiffre d'affaires mais surtout investissements. Philippe Maubert, président du directoire, a inauguré, le 14 octobre dernier, la nouvelle unité de production du groupe, au Plan-de-Grasse : un investissement de 27Ma, financé sans un denier public, qui porte l'effectif local de la société à 900 salariés, 50 nouvelles recrues plus les effectifs de Robertet et de Charabot, entreprise industrielle dont la structure de Philippe Maubert a acquis une participation lui permettant d’être égalitaire en capital avec Charabot Participations.

Produire sur la Côte d'Azur lorsque l'on ne réalise que 15% de son chiffre d'affaires en France ? Voire même, connaissant la pression de l'immobilier dans le département, une lubie ? Pas forcément, puisque grâce, justement, à sa prise de participation dans Charabot, la société avait du foncier à disposition. Et surtout les

dirigeants ont souhaité profiter de la main d'œuvre qualifiée présente sur place. Des salariés qui cèdent malgré tout de plus en plus de place aux machines, puisque les 4.000 à 6.000 tonnes de mélanges parfums par an sont produits par les hommes… et leurs alliés robots. Il n'empêche : Robertet est à la pointe.

Lucie Lautrédou