««« Retour share
journal n°663 - 31/10/2012
Dessine-moi une Créative Valley...
Antibes, Cannes et Grasse, trois territoires réunis autour d’une nouvelle idée de l’industrie : on en parle…

Comment optimiser sa dynamique industrielle grâce à la créativité ? Une alchimie qui fonctionne chez nos cousins canadiens, et qui a initié le projet d’une démarche expérimentale et territoriale s’appuyant sur les dernières tendances de l’innovation sur nos propres terres. Un projet qui évite les frontières de la Métropole, pour se concentrer sur le grand ouest du département.

Mais qu’est-ce qu’une industrie créative? Une production qui s’appuie sur le design, l’innovation, l’art pourquoi pas, dans un environnement «underground» ou tout au moins collaboratif, au sein d’une Créative Valley qui met ses atouts en avant : cinéma et événementiel, parfums ou nouvelles technologies numériques, le territoire concerné jouit certes d’une certaine notoriété. Car aujourd’hui, peut-on vraiment dissocier l’industrie d’autres composantes, à l’heure où des chanteurs offrent leur nom à des parfums ? Qu’est-ce qui fait vendre ? Le contenant ou le contenu ?

 

ia_2_nov_industrie_grande_video_p5_300Quelques essais, en région PACA, ont été les signes précurseurs de cette vaste opération maralpine : les «designers en résidence» à l’école nationale supérieure de création industrielle de Marseille-Aix, ou le concept PACA Lab, qui encourage les services numériques innovants. Mais pour le grand saut, il faudra s’appuyer sur de solides écosystèmes déjà éprouvés. Et les trois villes-pilotes ont donc accueilli les experts en management de l’innovation d’HEC Montréal, pour un tour de table complet et ciblé autour de cette prometteuse économie créative.

Là-bas, outre-Atlantique, les plateformes collaboratives entre les deux univers sont légion, et Bell, géant des télécoms, cohabite sans esprit chafouin avec le Cirque du Soleil. Au Canada, le secteur des industries culturelles flirte avec les 7% du PIB. Et on planche dur sur la nécessité de la créativité dans toute perspective industrielle. On forme même les managers de demain pour ça… En pointe, Montréal et Barcelone ou, plus française, Strasbourg où une fondation dédiée a déjà vu le jour.

 

 


Etape grassoise pour nos experts en économie créative :

Pierre-Jean Benghozi (Polytechnique) et Laurent Simon (HEC Montréal)

ont jeté les bases de cette nouvelle image de l’économie

qui sera expérimentée bientôt à Cannes, Grasse et Sophia.

Très intéressés, Jacques Pain (président du Club des Entrepreneurs), Jean-Louis Matout (CCI),

Dominique Bourret (mairie de Grasse), Richard Rios (Pôle Azur Provence) et Jean Zieger (Méditerranée Technologies).


  

Le plus difficile reste une collaboration équitable entre tous les acteurs de la création : le talent ne se mesure pas au temps passé à la tâche, et nos amis canadiens de citer comme exemple Gainsbourg… On achètera pour une qualité, ou pour une image, ou pour un concept : Nespresso vend-elle du café ou George Clooney, that’s the question… Mais pas de doute, les industries qui marchent ont su faire un choix bien acté vis-à-vis de la création: IKEA dans l’anonymat de ses têtes pensantes, Habitat dans moult sous-traitances de PME à fortes valeurs identitaires ajoutées. La preuve par l’exemple ? «L’iPhone est certainement le mobile qui capte le moins et qui présente la plus faible autonomie par rapport à ses concurrents. Mais son rapport d’usage (la relation entre la marque et le consommateur) est excellent», expliquent nos nord-Américains en villégiature azuréenne.

 

C'est un fait, il ne sera pas très aisé, en nos latitudes, de faire collaborer trois territoires peu rompus à l’exercice : la mission de Méditerranée Technologies, opérateur public qui «promeut, encourage et accompagne l’innovation sous toutes ses formes au sein des PME de la région PACA.» (voir notre vidéo).

 

Pour notre Créative Valley, la mise à feu est imminente : ingénieurs, scientifiques, artistes et consorts sont attendus nombreux pour promouvoir ensemble notre économie et l’innovation locale. Il faudra cependant, pour réussir, une première composante : un identité forte et reconnue. A nos territoires de faire leurs preuves.

 

 

 

 

 

Isabelle Auzias