««« Retour share
journal n°709 - 26/09/2013
Cannes : plus qu’une bastide, une Cité des entreprises
Le coup de pioche s’intensifie du côté de La Bocca, oů la Bastide Rouge accueillera ses premičres jeunes pousses dčs la fin janvier.

Opération séduction pour David Lisnard et ses colistiers cannois, au chevet de la pépinière d’entreprises en devenir, cœur d’un pôle entrepreneurial et étudiant d’envergure. Il faudra auparavant en passer par d’imposants travaux sur les quatre hectares de terrain où siège l’historique bâtisse.

Nom de code : CréACannes, pour l’heure hébergé dans de provisoires locaux en centre ville à La Ferrage, où piaffent les premiers candidats aux 800m² de surface de planchers sur trois niveaux destinés à une vingtaine d’entreprises triées sur le volet pour leur potentiel et leur créneau. Ici, l’on parlera numérique, cinéma, nouvelles technologies… L’ombre de Thales, la prestigieuse voisine, plane sur les vieux murs rouges qui tranchent avec les perspectives de modernité imposées par la spécificité des heureux nominés.

 

Pour David Lisnard, oui, il s’agit de développer des partenariats forts avec Thales Alenia Space, et des pourparlers seraient actuellement en cours pour un rapprochement encore plus probant avec la pépinière. Autre direction exploitée : l’implantation de l’université et infrastructures connexes, logements ou transports en commun. «Il faut mettre en relation ce qui est générateur de fertilité croisée, comme le dirait le sénateur Laffitte. Installer l’université, c’est faire vivre tout La Bocca, les commerces, la vie sociale, les entreprises… Le but, ça n’était pas de continuer sur le modèle des Tourrades, mais de créer de l’activité autour de l’UNS, dans une complémentarité et une cohérence commerciale. Pour créer de la valeur…»

 

Et tout est prévu pour que les jeunes pousses grandissent à leur aise, y compris dans le domaine du financement. Business Angels et autres acteurs sont eux-aussi attendus à la Bastide Rouge, au contact de locataires qui les solliciteront sans doute pour parfaire leur développement. Un grand coup de torchon sur les dernières friches boccassiennes, désormais partagées entre un destin économique affirmé ou, plus loin vers la Siagne, engagées sur une démarche verte et durable résolument tournée vers l’agriculture.

A Cannes, l’économie créative est bel et bien en marche… Et après la pépinière devraient suivre d’autres équipements, comme un hôtel d’entreprises, pour conforter cette vocation naissante d’être un «catalyseur de prospérité, d’accueil des porteurs de projets, d’accompagnement, de rencontres, d’innovation et de collaboration.»

 

 

 

 

 

Isabelle Auzias