««« Retour share
journal n°647 - 12/07/2012
Hippodrome : 60 ans déjà
Et début de meeting option élégance et chapeau de rigueur pour les anneaux cagnois.

C’est dans sa dimension estivale que l’hippodrome de la Côte d’Azur prend toute sa vocation… touristique. Avec un premier satisfecit pour le président Forcioli-Conti : une saison 2011 assez extraordinaire, avec une augmentation côté public de 40% sur les rendez-vous nocturnes., et certaines soirées sold out. Au delà des résultats, François Forcioli-Conti voit surtout l’aboutissement d’une politique amorcée dix ans plus tôt : ouvrir l’hippodrome au sens large, et ne plus compter que sur les seuls passionnés et parieurs. Pour l’épauler ? «Les collectivités locales en particulier. Avec des partenariats intensifiés tout au long du meeting». Monaco avait donné le départ. Depuis s’enchaînent Prix de la ville de Grasse, des villes d’art (Vallauris, Biot), Cagnes-sur-Mer cherchant à doubler Saint-Laurent sur la corde pour s’assurer les meilleures dates, les courses les plus prestigieuses. Point d’orgue de cette saison 2012, la fameuse soirée italienne du 30 juillet, ou la clôture du 25 août, avec le grand prix du Conseil général où sont attendues les plus grandes pointures du moment, de Commander Crowe, détenteur du record européen de vitesse (établi ici, à Cagnes l’an passé) à Roxane Griff, deuxième du Prix d’Amérique 2012. Du grand spectacle en perspective.

Côté stade équestre, un tant évoqué ? «Nous ne sommes pas seuls maîtres à bord, et le projet de centre d’entraînement (300 à 400 chevaux de course) soutenu par la Société du cheval français, ici à Cagnes, a changé la donne.» Statu quo donc… Et quelques travaux de moindre envergure au programme : avec un effort certain sur l’accueil in situ des professionnels, pour un maximum d’attractivité. Pour la troisième société de course de France, le virage des 60 ans est plutôt bien amorcé.

 

Isabelle Auzias

Video : Lizza Paillier