««« Retour share
journal n671 - 03/01/2013
Antibes : des drapeaux bleus partout
Il en flottait sur les plages en t, la version hiver se dcline option entreprise, du ct du futur palais des congrs de Juan-les-Pins.

Temps radieux, vent idéal, pour saluer les performances de GFC Construction, filiale de Bouygues et maître d’œuvre de l’actuelle construction du Palais juanais, qui devrait être livré dès le printemps. Un salut très officiel sous le drapeau Label chantier bleu, qui symbolise le haut niveau d’engagement de l’entreprise sur les points sécuritaires, qualitatifs, et environnementalement corrects, confort des riverains inclus. Ainsi ce chantier modèle collectionne-t-il les certifications (ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001 option santé au travail).

Des procédures ergonomiques pour les salariés, des matériaux choisis, pour des travaux plus propres en cœur de ville, l’obtention du label n’est pourtant pas définitive, et le drapeau peut être démâté à la première anicroche. Inenvisageable pour Patrick Siaud, directeur du chantier pour GFC Construction, qui a mené en fin d’année la visite d’étape aux côtés de Jean Leonetti et de Geneviève Langlois (CFA Méditerranée, promoteur engagé sur l’opération pour 50 ans). «Même si l’architecture est particulièrement complexe, et même si nous avons essuyé quelques moment difficiles, comme sur tous les chantiers.»

 

Coûts maîtrisés, relations apaisées, qualité exigée, transparence appréciée : tout compte pour conserver le précieux fanion jusqu’à l’inauguration du palais, de sa galerie commerciale et de ses parkings. Pour Jean Leonetti, c’est du gagnant-gagnant, bien au delà du symbole, et le député-maire des lieux considère son futur centre de congrès comme un atout majeur qui ne grèvera pas trop les finances publiques: «le coût de construction a été divisé par trois grâce à la réalisation des commerces. Et la taille de cet édifice à l’architecture exceptionnelle, dévolu aux congrès de 500 à 600 personnes, est idéale pour le département, qui ne dispose d’aucune autre structure sur ce créneau.» 55M€ pour l’ensemble, 22,5M€ pour le seul palais (hors commerces et parking) et seulement 7M€ à la charge de la ville: pour sûr, ce palais-là est une affaire. Qui voit désormais l’avenir en bleu…

 

 

Isabelle Auzias