««« Retour share
journal n655 - 06/09/2012
Tribunaux : le changement, c'est maintenant
Traditionnel jeu des chaises musicales aux Parquets et surtout aux Siges azurens. A Nice ou Grasse, a dmnage...

Rentrée automnale moins tendue pour le Tribunal de Grande Instance de Nice qu'en septembre dernier. Et l'audience solennelle de ce lundi 3 septembre a été vite expédiée sous la baguette de la présidente, Dominique Karsenty, qui accueillait pourtant en ses rangs 16 nouveaux magistrats, dont 14 au Siège pour 13 départs. Le déséquilibre de 2011, avec une situation inverse, est donc corrigé. "Pour nous, un motif de grande réjouissance", souligne, tout sourire, la présidente, "pour une rentrée qui s'annonce sous des auspices globalement favorables. La preuve que le TGI de Nice obtient la reconnaissance des efforts fournis l'an dernier, et du surcroît d'activité né des récentes réformes, rendant nécessaires un effectif suffisant pour soutenir ces charges nouvelles." On pensera en particulier ici aux juges des libertés et des détentions, désormais sollicités sur les hospitalisations d'office.

 

Mais tout n'est pas rose pour autant au pays des robes noires : avec un quart des effectifs renouvelé, la juridiction niçoise devra assumer le poids des habituelles formations. "Une problématique directement liée aux installations, un inconvénient passager, certes, mais substantiel , que le tribunal rencontre du fait des stages de reconversion d'un mois, tous accomplis au même moment pour la majorité de nos collègues arrivants." Au total, il faudra donc retrancher l'équivalent de sept mois d'activité de juge sur le fonctionnement global du TGI niçois... D'où un traitement des affaires ralenti, et un surplus de travail clairement annoncé pour les autres magistrats. Et Dominique Karsenty de continuer sur la voie des (petites) doléances : "au delà de cet inconvénient conjoncturel, nous avons grand besoin de renforts en greffiers et en fonctionnaires pour nous accompagner dans nos missions."


Côté Parquet, c'est aussi la satisfaction. Et pas seulement pour annoncer l'arrivée de deux nouveaux vice-procureurs... Pour sa première audience solennelle niçoise de rentrée des classes, Eric Bedos n'a pas boudé son bonheur : "la moitié des juges installés a déjà frayé avec le Parquet, souvent en début de carrière." Un opportun mélange des genres qui favorisera, à n'en point douter, la collaboration et la communication globales. Autre point positif ? "Géographiquement, les nouveaux magistrats viennent d'un peu partout, de quoi porter un regard neuf, parfois critique, je l'espère bienveillant, en tout cas enthousiaste pour nous aider dans nos tâches, dans une juridiction toujours très active." Strasbourg, Avignon, Grasse, Versailles, Bourges, Monaco, Mulhouse ou Cambrai, même constat pour Dominique Karsenty : "avec ce renouvellement, nous accueillons aujourd'hui des parcours divers, comme magistrats du Siège ou du Parquet, offrant ainsi l'image d'un corps unique mais aussi pluriel."

 

Conséquence immédiate de cet afflux de sang neuf : la réorganisation de certains services, comme celle de la 6e Chambre, qui couvre le droit pénal et financier, les vols en bande organisée, les infractions à la législation sur les stupéfiants, désormais confiée aux bons soins d'un binôme de deux nouvelles recrues, David Hill et Marcel Tastevin. Respectifs transfuges de Menton et Monaco, ils ont grande expérience en matière pénale, et Dominique Karsenty s'appuie sur ce ticket gagnant pour un maximum d'efficacité. Même constat du côté du tribunal pour enfants, qui voit l'arrivée de deux magistrats sur les trois postes en vigueur au Siège.


Quid du TGI grassois ? Ils sont huit à rejoindre les rangs, dont deux pour le Parquet. Installés fin août, ils ont été chaleureusement accueillis par Jean-Michel Cailliau, Procureur de la République, et Philippe Ruffier, président du TGI. En 2011, ils étaient neuf à intégrer les rangs grassencs.

Isabelle Auzias


> Les nouveaux installés au TGI de Nice

Dominique Boisselet, premier vice-président
Catherine Burger, première vice-présidente
Françoise Dornier, vice-présidente
Claude Boulanger, vice-président
Isabelle Delande, vice-présidente chargée des fonctions de juge d'instruction
Laurie Duca, vice-présidente
David Hill, vice-président
Edith Jacquinot, vice-présidente
Karine Lacombe, vice-présidente chargée des fonctions de juge des enfants
Léa Parienti, vice-présidente chargée du
service du tribunal d'instance de Menton
Marcel Tastevin, vice-président
Florence Caserio, juge des enfants
Julien Ficara, juge chargé du service du tribunal d'instance de Nice
Nathalie Gastaldi, juge
Clotilde Galy, vice-procureure
Laetitia Manouvrier, vice-procureure


> Et au TGI de Grasse

Philippe Vique, vice-procureur en charge de la criminalité organisée
Guillaume Bricier, cellule de permanence
Jean-Paul Grattesol, président des audiences du tribunal correctionnel
Alexandre Julien, juge des libertés et de la détention
Stéphanie Félix, affectée à l'instruction
Hélène Gaillet, magistrat, affectée service de l'application des peines
Chloé Sallée, juge au tribunal d'instance de Cagnes-sur-Mer
Anne Darmstadter, affectée au Pôle civil, en charge des référés