««« Retour share
journal n°655 - 06/09/2012
TEAM : mutualiser pour mieux régner
Changement de gouvernance pour l'historique agence de promotion économique. Jean-Pierre Mascarelli garde les commandes, mais arrivée de Nice Métropole au Conseil d'administration.

ia_7_sept_team_haut_de_5_300Au commencement, il y avait le Conseil général et la CCI. Les voilà rejoints par Nice Métropole, qui compte désormais dans ses compétences la promotion économique à l'international chipée au Département et à la Région. Deux solutions étaient alors envisageables pour le président Estrosi : créer sa propre agence de promotion, axée sur Eco-Vallée, le Roguez (Colomars) ou Technopolis (Cagnes). Ou intégrer les rangs de Team Côte d'Azur, vitrine institutionnelle en direction des investisseurs étrangers sur l'ensemble des Alpes-Maritimes. L'option finalement préférée à l'échappée en solitaire, qui conforte les autres acteurs : Eric Ciotti parle d'une salvatrice "unité d'action", soulignant qu'il n'y aurait "rien de pire que de donner l'impression de se fragmenter à l'intérieur d'un même territoire", le sien en l'occurrence.

 

Bernard Kleynhoff, côté CCI, accueille ce troisième partenaire les bras ouverts: "dans le contexte d'une concurrence de plus en plus forte entre les sites pour capter de nouveaux investissements mobiles, il est indispensable que la Côte d'Azur dispose d'un pouvoir d'attractivité encore plus performant. Et de le faire savoir" souligne le président de la Chambre de commerce.

 

D'où, pour Team, une stratégie ouvertement renforcée sur l'attractivité, une meilleure répartition des rôles, ou la mise en place d'une gamme de e-services en faveur des entreprises. "Si nous entrons  avec confiance dans cette agence, nous y adhérons aussi avec des demandes précises, d'autant que la Métropole a déjà forgé les grandes orientations de sa propre stratégie de développement", a prévenu Christian Estrosi à l'issue de l'Assemblée générale qui l'a vu intégrer le Conseil d'administration. Parmi elles, un re-ciblage des segments et des pays prioritaires, en particulier sur les technologies de l'information, mais aussi une plus franche synergie avec les grandes entreprises déjà implantées localement. En échange, Nice Métropole offrira dans son trousseau 850.000€ de subventions pour 2013 (comme le Conseil général), auxquels s'ajouteront 350.000€ consacrés "à des actions spécifiques en notre faveur."

Isabelle Auzias