««« Retour share
journal n°685 - 11/04/2013
Montagne : un hiver revigorant pour l’économie
La saison n’est pas officiellement terminée, mais les chiffres, à l’instar de la neige, sont tombés drus et précoces.

Une grande bouffée d’oxygène pour le département»: Eric Ciotti, Christian Estrosi (qui présentera ses propres chiffres la semaine prochaine), Charles-Ange Ginesy et Alain Gumiel sont des montagnards heureux. Avec 18,3M€ de chiffre d’affaires pour cette saison 2012-2013 sur l’ensemble de nos stations, la hausse est spectaculaire par rapport à l’hiver dernier (+34%), mais il faut dire que la météo, cette fois, était de notre côté. Le taux d’occupation des hébergements, lui, reste stable, c’est donc là qu’il faudra concentrer les efforts à venir et éviter toute godille inutile.

 

Des chiffres encore : avec 2.500 emplois dépendant directement de l’activité ski sur le département, la neige est à l’honneur sur le créneau du tourisme local, et devra le rester. Ce qui implique de grosses ambitions, sur nos stations internationales (Auron, Isola) comme sur les plus petites unités (Turini par exemple), tirées vers le haut par cet engouement vers les pistes.

«Il faudra se diversifier encore, innover, et attirer une clientèle sur une saison plus large», promet Eric Ciotti à grands renforts de subventions (12M€ pour cette année, pour 15M€ d’investissements côté stations), qu’il s’agisse de l’entretien des 15 sites, de leur modernisation (enneigement de culture) ou de cette capacité d’hébergement à soigner de toute urgence. Même topo pour Christian Estrosi, qui parle d’un «après-ski de qualité» et «d’ouvertures de saisons à réussir, car c’est là que le commerce fait son chiffre. C’est en décembre qu’on achète des tenues et des forfaits, pas fin janvier.»


Il faudra certes renouer avec une certaine qualité d’accueil, au vu des vacanciers ciblés : cette année, ce sont les Russes à fort pouvoir d’achat qui ont été remarqués sur nos sommets. Et qu’il faudra conserver, dans un contexte plus loco-local que les grandes stations alpines de France et d’ailleurs.

 

 

 

 

 


Isabelle Auzias