««« Retour share
journal n°658 - 27/09/2012
LGV Côte d’Azur : Gérard Piel en colère
Face au mouvement d’opposition sur l’Ouest PACA, l’élu antibois réclame un référendum régional.

La déclaration récente de Jean-Yves Petit, vice-président chargé des transports à la Région, a vivement fait réagir l’élu antibois Gérard Piel, président du groupe Front de gauche au même Conseil régional. Jean-Yves Petit aurait en effet déclaré: «la position de la Région est claire... La LGV ne répond ni aux attentes ni aux besoins.»


mb_28_sept_piel_lgv_bas_de_6_300Il n’en fallait pas plus pour que son prédécesseur, farouche partisan du déploiement d’une ligne à grande vitesse en Provence-Alpes-Côte d’Azur, ne réagisse avec vigueur : «que Jean-Yves Petit et certains propriétaires terriens du Var pensent cela, c’est certain, mais la majorité du Conseil régional, son exécutif et surtout son président Michel Vauzelle ont toujours agi pour la réalisation d’une ligne à grande vitesse. Oui, la LGV répond aux attentes et aux besoins des habitants de l’Est varois et des Alpes-Maritimes. Une LGV qui respecte les territoires, reliant Marseille à Nice, ouvrant vers le reste de la France et participant à la liaison Barcelone-Gênes. Une LGV qui emprunte le tracé nord, le long de l’autoroute A8, plus direct, moins cher et moins gourmand en foncier. Elle permettra de désengorger la ligne du littoral, sur-saturée, qui sera utilisée par des TER plus rapides. Comment pourrions-nous nous résoudre à abandonner une infrastructure indispensable, selon les propos de Michel Vauzelle ? Après des dizaines de débats publics, de nombreuses études, après des millions d’euros dépensés, personne n’a le droit de régler son compte à cet équipement structurant.»


Gérard Piel rappelle que le vice-président aux transports a mieux à faire. Soigner par exemple un réseau SNCF défaillant comme l’illustrent les accidents récents sur les caténaires, témoins d’un matériel vieillissant. Le conseiller municipal antibois réclame aujourd'hui «un référendum régional sur la pertinence d’une nouvelle infrastructure ferroviaire, rapide et utile.»

 

Propos recueillis par Michel Bovas

 

Front de gauche/droite, même combat


Voilà bien un soutien sur lequel Gérard Piel ne comptait pas forcément : celui du Conseil général, qui a voté à l’unanimité une motion relative aux transports ferroviaires qui abonde en son sens. Il s’agit d’attirer l’attention du gouvernement, de la SNCF, de RFF et de la région PACA (donc de M. Petit) «sur les dysfonctionnements du service public de transports par rail. (…) Le département investit des sommes considérables pour la modernisation des voies et des infrastructures, mais en dépit de cet effort, le service public est loin d’atteindre la fiabilité que les usagers sont en droit d’attendre.»


Autre soutien, autour de la LGV cette fois : celui du préfet Christophe Mirmand, réitérant l’intérêt collectif d’un projet qui met bien du temps à arriver de Paris. Même avec un arrêt à Marseille…