««« Retour share
journal n°713 - 24/10/2013
Intel présente à Nice ses projets pour l'Internet des objets
Nom de code : ERIC 2013

Ouverte par Christian Tordo, président de la commission Emploi, Développement économique et Promotion économique du territoire à l’international, la conférence Intel ERIC 2013 sur la Recherche et l'Innovation s’est tenue pour la première fois en France, les 22 et 23 octobre 2013 à l’Hôtel Radisson Blu de Nice.

Cet événement annuel est organisé par le n°1 mondial des semi-conducteurs au travers de ses Intel Labs Europe qui doivent lui permettre de s’imposer sur l'Internet des objets et ne pas réitérer l’erreur historique, celle d’avoir raté le marché des mobiles.

 

Avec ses équipes mobilisées, la firme a voulu convaincre un parterre de chercheurs et de partenaires que ses puces et processeurs participeront bien à la course qui s’engage dans un marché naissant mais plus que prometteur. Un espace Research@Intel Europe était réservé à la présentation de plus de 14 projets de recherche innovants venus de l‘Europe et du monde, mais aussi de la très proche technopole sophipolitaine.

Ces projets utilisent des technologies qui permettront d’enrichir nos vies en entrant dans nos villes, maisons et bureaux par le biais des objets du quotidien, qui baliseront notre environnement, transformant de façon intelligente les interactions routinières au point de les rendre invisibles.  

 

Intel a précisé ses plans et les actions déjà engagées avec les équipes des laboratoires de R&D européens pour embrasser dans son ensemble le rôle que joueront ses processeurs dans cette société améliorée. De l'infiniment petit avec Quark -le processeur miniature dévoilé en septembre et déjà enrichi d'une carte baptisée Galileo- à l'infiniment grand, avec la mise en place d'infrastructures et de logiciels capables d'exploiter au niveau d'une collectivité ou d'une ville les masses de données récoltées.

 

À Nice était présenté un projet concret (développé en Irlande par l'un des labos Intel en partenariat avec l’université locale) destiné à réguler automatiquement, grâce aux algorithmes, la façon dont le courant nécessaire à la recharge de voitures électriques est distribué, réduisant ainsi les pics de consommation lorsque les utilisateurs rentrent chez eux le soir et branchent leur véhicule. Autre bénéfice, en rechargeant en période favorable, ce logiciel permet d’accéder automatiquement aux tarifications préférentielles.
Un projet qui est en test à l’échelle d’un quartier. À charge pour la firme de convaincre des partenaires et les utilisateurs, dont certains sont, il faut bien le dire, récalcitrants. Martin Curley, directeur des Intel Labs, est persuadé d’avoir les arguments, le meilleur étant de montrer aux gens ce qu’ils peuvent gagner quelque chose, temps, confort ou argent, à cette évolution.

 

 

 

 


Jacques Pugnaire