««« Retour share
journal n°676 - 07/02/2013
Grasse, l’entreprise en mode solidaire
A l’instar de l’INCA la semaine passée, le Centre de Promotion des Entreprises (CPE) se mue en Initiative Terres d’Azur. Et peaufine son modčle un peu particulier de plate-forme d’aide aux entrepreneurs.


Qu’on me donne l’envie ! pourrait être le cri de ralliement de cet historique CPE toujours sous la houlette du président-fondateur Henri Alunni et du fidèle Jacques Pain. Créé en juin 1988, elle fut l’une des toutes premières plate-formes à se structurer dans les Alpes-Maritimes. Et les chiffres 2012 sont bons: 102 créations (48 sur le bassin cannois, 36 sur Grasse et 18 sur le haut-pays) pour 182 emplois impulsés et/ou maintenus. Sa force : un fonds d’intervention qui a permis, toujours pour 2012, de mobiliser 4,5M€ de prêts bancaires associés, pour quelque 548.000€ distribués en prêts d’honneur, prêts d’honneur remboursés rubis sur l’ongle par les créateurs d’entreprises dans la grande majorité des cas, ce qui permet une «réinjection» dans le circuit des aides. «Depuis sa mise en œuvre, nous ne déplorons que 3% de pertes», souligne le président Alunni. Signe d’un choix pertinent sur les projets suivis et encouragés, signe aussi d’une gestion efficace de la structure. «Aujourd’hui, le nombre de projets soutenus augmente, nous disposons donc de moins de trésorerie, mais avec un volume d’encours de remboursement à la hausse.» Les filières qui galopent? «Pour le moment, il y a beaucoup de reprises de restaurants, qui ont remplacé l’engouement pour le secteur des ambulances», dissèque Alexandra Garnier, directeur d’Initiative Terres d’Azur. «Le web-marketing et la maintenance informatique ont le vent en poupe chez nos créateurs.» Forte de sa nouvelle identité, la plate-forme se ré-organise, avec la vision «d’un entrepreneur responsable et citoyen.» Tout un état d’esprit. Ici, la responsabilité sociétale, le développement durable, l’entraide font partie du credo. Et certains s’y engagent un peu plus que d’autres.


 Et notre ex-CPE s’offre même le luxe d’être sacrément en avance : Jean-Pierre Leleux, sénateur-maire de Grasse et président de l’actuel agglo Pôle Azur Provence, n’en a pas fait grand secret, «Terres d’Azur, c’est un joli nom…Un mélange entre Terres de Siagne et Monts d’Azur». Qui pourrait parfaitement bien convenir à la nouvelle intercommunalité qui se profile, sorte de Super-pays de Grasse attendu des vœux de notre élu. En avance, la plate-forme l’a toujours un peu été. «Ici, le profit et le succès s’envisagent autrement que par rapport au seul chiffre d’affaires. Pourtant, il n’est pas facile d’impulser des idées nouvelles dans nos structures…»


Ainsi l’aide financière à la création s’est-elle naturellement couplée à l’animation du réseau (conférences, débats…) et même à la politique foncière insufflée par la ville pour loger ses futures entreprises. A l’aube de fêter son 1000e prêt, Initiative Terres d’Azur se renforce encore, en créant son Club des Ambassadeurs, pour favoriser l’émergence de cette «communauté bâtie autour d’une nouvelle génération de dirigeants solidaires et citoyens, qui accueille les créateurs pour partager leurs expériences, leurs engagements et leurs réseaux.» A chacun de signer la charte dédiée, qui impose une sensibilisation accrue sur le développement durable au sens large (produits plus respectueux, épanouissement des collaborateurs, relations clients/fournisseurs optimisées, achats locaux privilégiés, implication dans la vie locale…). Et de partager leurs valeurs ajoutées.

 

Isabelle Auzias