««« Retour share
journal n°671 - 03/01/2013
Une bonne année pour Entreprendre
Le réseau éponyme d’investisseurs et de soutien aux jeunes créateurs dispose désormais de son antenne azuréenne. Une indépendance de bon augure…

Robertet, Orange, Ernst & Young, Tournaire ou Amadeus : la fine fleur de l’économie locale a déjà signé pour Réseau Entreprendre Côte d’Azur, autonome et fier de l’être, porté sur les fonts baptismaux le 17 décembre dernier à Nice. Jusqu’alors et depuis six ans, ledit réseau dépendait d’une section régionale, au grand dam de nos forces locales, qui militaient pour plus de proximité. Aussi, Sophie Duvivier, première présidente maralpine, compte bien mobiliser ses troupes autour de l’objectif fondateur : «avec cette création, nous serons encore plus en capacité pour impliquer plus simplement les différents acteurs de notre écosystème, afin d'accompagner encore plus efficacement les porteurs de projets.» Une présidente elle-aussi bien accompagnée, avec comme bras droits Jean-Yves Courtois (Orolia) et Eric Marée (Virbac), et déjà 45 adhérents qui représentent plus de 600M€ de chiffres d’affaires.

 

L’ambition avouée ? «Doubler le nombre de membres pour répondre favorablement à des sollicitations de plus en plus diverses, de la part de futurs entrepreneurs porteurs d’emplois hautement qualifiés.»

Car là est la différence de ce réseau fraîchement émancipé : s’il a déjà soutenu une quarantaine de projets sur le département, il s’agit bien d’épauler des créateurs à fort potentiel, tant au niveau de l’innovation qu’au niveau de l’emploi. Fonder ou reprendre une entreprise avec l’aide de pairs chevronnés et quelques financements annexes (ici, les prêts d’honneur peuvent atteindre les 90.000€), la méthode est éprouvée et le besoin croissant. Une aide sur trois ans, pour acquérir réflexes et expérience, et surtout cette «haute qualification» garante d’emplois pérennes, l’implication des adhérents reste la condition essentielle pour réussir. Il faudra donc en mobiliser d’autres, et la proximité du réseau peut y contribuer.

 

 


Isabelle Auzias