««« Retour share
journal n°662 - 25/10/2012
BNP Paribas > Une Maison des Entrepreneurs pour Nice et un Pôle Innovation ŕ Sophia
Le groupe bancaire continue son maillage territorial et mise sur une clientčle ciblée : les créateurs d’entreprises innovantes.

A Mandelieu, BNP Paribas avait inauguré sa Maison des Entrepreneurs en mai dernier. Belle parité des territoires avec l’avènement de son homologue niçoise, qui n’a pas choisi son implantation au hasard : l’emblématique Nice Méridia, où siègent déjà pépinières, institutions, associations dédiées à la création d’entreprises au sens large. Un espace réservé au millier d’entrepreneurs déjà clients sur le département, armé de sept collaborateurs, du conseil en banque privée au chargé d’affaires entreprises. Une façon aussi de «favoriser localement l’initiative entrepreneuriale et la création d’emplois», souligne Marie-Claire Capobianco, directeur des Réseaux France, «d’être encore plus mobilisés pour répondre aux besoins et attentes des dirigeants, et ce quel que soit le contexte économique. Cette nouvelle agence niçoise en est le témoignage.»

 

Pour Baudouin Prot, président du Groupe BNP Paribas, si ces Maisons des Entrepreneurs ont d’ores et déjà prouvé leur efficacité (elles seront une soixantaine d’ici fin 2012 en France), il est un autre concept qui lui, fera figure de test à l’échelon national : l’un des tout premiers Pôle Innovation de BNP Paribas, pour l’heure accueilli à Mandelieu, mais qui devrait assez rapidement rejoindre Sophia. Une technopole qui a eu son petit effet sur le président Prot, présentée par Pierre Laffitte himself lors d’un déjeuner informel avec quelques chefs d’entreprises innovantes triés sur le volet (voir notre vidéo). «Un concept né d’une préoccupation, celle d’être encore plus actifs et plus opérationnels aux côtés des incubateurs, d’Oséo, des Business Angels. Il n’en existe pour l’heure que deux en France, à Grenoble et à Toulouse. Et je l’avoue, l’écosystème, ici, autour de nombreux pôles de compétitivité, est assez impressionnant.» C’est Stéphan Antaramian qui sera chargé de rencontrer ces entreprises à fort potentiel, et de leur proposer les adéquates solutions pour se développer, y compris à l’international. Le principe : ne pas juger la structure sur l’analyse de ses bilans, mais bien sur ses projets.

 

Le président Prot et sa garde rapprochée auront aussi profité de leur visite niçoise pour révéler quelques chiffres et tendances : le groupe BNP Paribas, pour les TPE-PME, a augmenté ses encours de 3,1% au niveau national (à fin septembre en année glissante). Plutôt dans le haut du tableau sur le marché français. Des encours qui, dans les Alpes-Maritimes, ont même grimpé de 4,3%. Sur la région PACA, 3.300 dossiers ont été traités cette année pour 250M€. D’où la conclusion de Marie-Claire Capobianco : «l’idée que les banques ne prêtent plus est fausse. Nous engageons un minimum de 5Mds€ en faveur des TPE-PME, pour 40.000 projets financés. C’est un signe fort, loin de ce que l’on peut entendre sur notre métier. Notre ambition? Aller encore au delà...» Et de l’avis général, ce serait plutôt la demande de crédits qui marquerait un sensible ralentissement, et non le contraire…

 

 

Isabelle Auzias