««« Retour share
journal n658 - 27/09/2012
Avocats : et l'entreprise, on en parle ?
Pour ses 20 ans, le congrs de l'Association des Avocats Conseils d'Entreprises (ACE) s'est runi Cannes. L'occasion de faire le point sur l'volution de la profession. Et sur ses missions, actuelles et venir


Ils sont tous là : les adhérents, en nombre, mais aussi quelques pointures nationales, tant ACE a su fédérer, en 20 ans, d'énergie et de débats. De Christiane Féral-Schuhl (bâtonnier de barreau de Paris) à Christian Charrière-Bournazel (président du Conseil National des Barreaux), de Vincent Lamanda (premier président de la Cour de cassation) à Laurent Vallée, directeur des Affaires civiles et du Sceau (ministère de la Justice). Le thème général de ce 20è congrès : connaître et utiliser les nouveaux métiers et nouveaux modes d'exercice pour développer son activité.

 

Parmi ces nouveautés, les avocats en entreprise, un sujet soumis à proposition de réforme et un leitmotiv pour Me William Feugère, président d'ACE, qui y voit l'unique moyen de se rapprocher encore un peu plus d'une clientèle en forte demande. «Pour aider au mieux les chefs d'entreprise, nous ne devons plus être dans la réaction par rapport à une difficulté rencontrée, mais bien être en amont, dans la prévention, le conseil. Ce qui nécessite de mieux connaître l'entreprise dans son ensemble, de l'investir, de penser nous-mêmes comme des chefs d'entreprise, pour avoir une démarche commune, et du même coup un réel dialogue, un vrai partenariat.» Il faudra pour cela mettre l'accent sur une formation adaptée, mais aussi, selon l'association, accepter enfin qu'un avocat puisse être salarié. Nous le verrons dans notre édition de la semaine prochaine, tous les confrères ne s'entendent pas sur ce point, et le local de l'étape, Me Michel Valiergue, l'a fait savoir lors de l'inauguration du congrès...

 

Ce que l'on ne peut contester, c'est l'évolution rapide de la profession, depuis ces 20 dernières années. Sans doute l'un des fondements d'ACE, qui très vite s'est penchée sur les mutations à prévoir. «Le droit est de plus en plus technique, on ne peut pas être bons et efficaces dans toutes les matières», continue Me Feugère. «Nous devons désormais nous spécialiser, c'est une garantie pour le client, de compétence et d'excellence.» Découlent de ces spécialisations quelques «excroissances» professionnelles plébiscitées par l'ACE, mandataire en transactions immobilières, fiduciaire, agent sportif... «Plus que des nouveaux métiers, ce sont là de nouvelles visions de notre rôle. Les cabinets sont prêts. Il faut maintenant que la gouvernance de la profession les aide.» Le congrès cannois était aussi là pour ça... «Et nous ne sommes pas si loin de notre mission d'origine», conclut Me William Feugère : «l'ACE a toujours défendu une liaison plus affirmée entre le conseil et le contentieux. L'avocat n'est dans sa plénitude que s'il réunit ces deux compétences. Nous étions déjà, il y a vingt ans, au coeur de ce qu'est la profession actuellement
Isabelle Auzias


Ils ont dit...

David Lisnard, premier adjoint de la ville de cannes, président de la SEMEC :
«Vos travaux sont en cohérence avec les défis que nous devons relever, chefs d’entreprises ou collectivités. L’expertise, le conseil à l’acte d’entreprendre est au cœur du débat qui devrait animer la France entière. La question, c’est comment créer de la valeur, et donc la création d’emplois.»

Bernard Kleynhoff, président de la CCI Nice Côte d’Azur :
«Oui, les avocats sont des acteurs économiques. Leurs relations avec les PME et TPE doivent changer. On ne peut plus se contenter de les consulter quand le conflit est là. On ne peut pas être que curatif. Les avocats sont des soutiens quasi-quotidien pour le chef d’entreprise, tant la législation évolue vite.»