lulu doudou

Entreprise
Conjoncture
Sophia
 

««« Retour share
Sophia : le second souffle ?
Nvidia (ex-Icera) embauche 37 personnes : signe de la reprise ou épiphénomène ?

 Il y a sept ans, la société Icera s'installait sur la technopole. Une arrivée timide pour le spécialiste des communications sans fil de données et de la voix sur les réseaux 2, 3 et 4G, qui n'embauchera alors que cinq personnes sur son site sophipolitain. Mais profitant de l’écosystème local, l'entreprise innovante va se développer au rythme de son marché en pleine expansion, et aujourd'hui le site du World Trade Center réunit une centaine de personnes, de 18 nationalités différentes.

Un effectif qui pourrait, à moyen terme, croître de 50% : les bénéfices collatéraux du rachat d'Icera par le leader mondial des processeurs graphiques en juin dernier. Cette alliance entre Sophia et la société basée dans la Silicon Valley permet notamment aux deux entreprises d'attaquer ensemble le secteur de la téléphonie mobile. Mais pour conserver et renforcer l'avance locale dans le monde de la 4G, le siège investit massivement dans son implantation française, et un recrutement de 37 ingénieurs est en cours. Une deuxième vague devrait suivre à plus longue échéance, pour atteindre, in fine, une cinquantaine de nouvelles recrues. Et Fabrice Moizan, vice-président Mobile communications sales de lancer un appel à compétences : « c'est plus compliqué qu'on ne le pense de recruter des ingénieurs, car nous cherchons une expertise particulière… On peut en trouver certaines dans la région, mais il va aussi falloir chercher dans le reste de la France et à l'international », note-t-il.

 Au-delà du défi, Jean Leonetti, ministre des Affaires européennes et président de la Communauté d'agglomération voit en cette confiance ouverte de la Silicon Valley le signe du « renouvellement de Sophia ». « Ceux qui croient que notre technopole, c'est le passé et que l'avenir est ailleurs, ils se trompent, et vous en êtes la preuve, l'illustration qu'il existe aussi une mondialisation heureuse », a salué le maire d'Antibes lors de la visite des locaux de Nvidia, ce lundi 30 janvier, « une très bonne journée pour Sophia ». Belle journée, et bonne nouvelle pour l'emploi. « Des investissements comme celui-ci, on aimerait en avoir tous les six mois », a soufflé Jean-Pierre Mascarelli, président de Team Côte d'Azur. Problème, ce sont des événements on ne peut plus rares, et seul l'avenir dira si le site est effectivement reparti pour un second souffle.


Lucie Lautrédou