Mougins
Patrimoine
Réabilitation
 

««« Retour share
Mougins : résurrection pour Notre-Dame de Vie
La commune, qui mise sur le développement du couple art/gastronomie, s’occupe aussi de son patrimoine cultuel.

Alpes-Maritimes Sa simple réparation extérieure s’élève à plus d’un million d’euros, mais nous sommes sur la bonne voie», confirme Michel Bianchi, adjoint délégué à la culture. Les collectivités et l’Etat participeront. Le Conseil général a d’ores et déjà promis 200.000 euros. La députée-maire Michèle Tabarot y consacrera même une partie de sa réserve parlementaire, soit 30.000 euros. Car la chapelle est fréquentée tant par les Mouginois que par les Cannetans. «Nous venons d’adhérer à la Fondation du patrimoine, qui va lancer très bientôt une souscription publique (voir ci-contre).» La mobilisation est à la hauteur de la valeur historique d’une chapelle du XIe siècle et de son jardin attenant. Plusieurs fois remaniée au XIVe, XVe et XVIe siècles, elle figure au registre des Monuments Historiques depuis 1927. Avec son chœur baroque, son clocher aux bandes lombardes et ses abords verdoyants, elle est l’un des ensembles les plus remarquables du patrimoine architectural communal. Encadrée de cyprès, elle s’inscrit dans un paysage de grande sérénité. Hélas le temps a fait son œuvre, les murs se lézardent, le toit perd ses tuiles, les planchers de bois s’écroulent... Edifice cultuel, la chapelle une fois restaurée doit devenir un site propice à la vie culturelle de Mougins. «Un architecte des Bâtiments de France supervise les travaux pour une restauration à l’identique», assure le maire Richard Galy. La réhabilitation s’accompagnera d’une mise en valeur des abords et jardins et de la création d’un espace culturel dans le prieuré. Ce dernier hébergera le musée des trésors de Notre-Dame de Vie. On y découvrira par exemple que le site fut terre d’inhumation des enfants morts-nés, justifiant les pèlerinages au fil des siècles. Pour l’aspect culturel, la municipalité a quelques idées : «Nous avons prévu l’engazonnement de l’esplanade et, suivant le projet de l’architecte Don Gerkovi, des tribunes démontables pour organiser des manifestations autour du caractère sacré des lieux», annonce Michel Bianchi. Le permis de construire sera déposé à l’automne, et les travaux de restauration débuteront en 2012.

Michel Bovas


Sur la photo :

L’une des plus vieilles chapelles du département sera rénovée grâce à des financements publics et privés, pour jouer son rôle cultuel mais aussi culturel.