DFCG
Monaco
 
 

««« Retour share
Les DFCG remettent leur premier trophée à Monaco
L'occasion pour les Directeurs financiers et de contrôle de gestion d'organiser une série de conférences sur le développement économique de la Principauté.

  Présentations 3D, quiz interactifs via Smartphones concoctés par la société Taodyne, et visite privée du Musée océanographique de Monaco: ambiance pour le moins ludique pour le premier Trophée des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion (DFCG) Côte d'Azur. Mais derrière toutes ces animations, des débats des plus sérieux sur une thématique bien vaste : comment la Principauté de Monaco s'est-elle adaptée à la mondialisation ? «Nous avons choisi ce thème pour mieux découvrir Monaco, son attractivité, ses entreprises… C'est un très bon exemple, car la dynamique de ce petit pays est intéressante», justifie Édith Bianchini, présidente du groupe Côte d'Azur des DFCG.

Réponse en trois temps avant la remise du trophée à Xavier Duchaine, directeur financier de Charabot (lire notre encadré), et déclinaison en trois conférences : «Stratégies face à la mondialisation», «Quelles sont les particularités offertes aux entreprises pour s'installer», puis «Business success story», avec la société hollandaise implantée en Principauté Single Buoy Mooring Offshore Monaco, présentée par son dirigeant Marc Vigier, Monaco Telecom et enfin Venturi, incarnée par Gildo Pastor en personne.

De quoi cultiver «une vision différente pour donner une impulsion nouvelle», apprécie Daniel Bacqueroët, président national de l'association. Et si ces flots de paroles n'ont pas suffi, les directeurs financiers et de contrôle de gestion auront peut-être pêché de nouvelles idées en se plongeant dans les aquariums…

Lucie Lautrédou

 


  Charabot primé

And the winner des Trophées is… Xavier Duchaine, directeur financier du spécialiste grassois des arômes naturels et synthétiques Charabot. Un prix qui récompense le travail de cet homme entré en 2004 dans une entreprise enregistrant un résultat d'exploitation négatif. Un an plus tard, il stoppe les pertes grâce à un travail sur les dépenses et les ventes : «jouer sur les marges, pas pour vendre plus mais pour vendre mieux», justifie-t-il. Aujourd'hui, la société enregistre un chiffre d’affaires de 80Ma, un résultat net de 3Ma et emploie 300 personnes, à qui Xavier Duchaine, qui n'a pas basé sa stratégie sur une réduction de la masse salariale, dédie son trophée.