Inrockuptibles
Festival international du film
Cannes
 

««« Retour share
Les Inrocks élargissent le cercle des «happy few»
Le mag Les Inrockuptibles, fidèle relai du Festival du Film, plante sa Villa Inrocks à Cannes. Une première, qui pourrait faire des petits...

  Sortir le Festival de Cannes de «l’entre-soi absolu», démocratiser l’un des événements les plus sélects de France, c’est l’ambition de l’hebdomadaire les Inrockuptibles. Une volonté affirmée par son directeur général adjoint, Stéphane Laugier. Et c’est dans les jardins de la médiathèque de Noailles que ça se passe, puisque le news magazine, fidèle au Festival, va en faire son éphémère Villa Inrocks. Un lieu de concerts et autres befores, avec une programmation à faire pâlir les bacs de son hôte : 2 Many DJ’s, Anna Calvi, Brigitte … Et surtout fondre d’envie LE fan de rock et d’Inrocks.

Mais voilà, si démocratisation il y a, elle reste homéopathique : «pour rester attractifs, il faut garder la magie du Festival, respecter les codes de Cannes», insiste Stéphane Laugier. Le millier de personnes attendu chaque soir sera donc exclusivement composé d’invités, et pour décrocher son sésame, connaître la discographie complète de LCD Soundsystem ne sera pas suffisant. Ce sont principalement des artistes, producteurs et autres «gens du cinéma» qui trinqueront sous les palmiers. Et quelques Cannois tout de même (qui mieux qu’un Cannois pour incarner Cannes...) avec quelques centaines de places qui les attendent en mairie : collectivité partenaire oblige, même si l’opposition DvD, froissée par la suggestion du mag de «virer Guéant», aurait préféré qu’il en soit autrement. Mais Cannes reste fidèle à sa réputation d’indépendance, et à la Villa de Noailles, il y aura bien les palmiers, les marches et les VIP. Il ne manquerait plus qu’un tapis rouge...

Lucie Lautrédou

Sur la photo : «Cannes ce n’est pas seulement le cinéma, même si ça doit rester au cœur du projet, c’est aussi les fêtes glamour», estime Stéphane Laugier.