Entreprises
Développement durable
 
 

««« Retour share
Soleil vert sur Ragni SAS
L’entreprise spécialisée dans les luminaires option grandes tailles se positionne sur de nouveaux marchés.

Ragni Ragni SAS se met au vert: bientôt trois ans que la société familiale a commencé à plancher sur des solutions économes pour remplacer le bon vieux globe de verre à incandescence dévoreuse d’énergie. Outil évident: la LED. Et nec plus ultra de l’éclairage basse consommation : percher cette fameuse LED (pour diode électro-luminescente) sur un mât solaire. Mais si la version classique s’adapte partout, les représentants de troisième et quatrième générations l’avouent bien volontiers : oui, le mât solaire est encore limité par le rendement des panneaux. Ce système ne fonctionne donc que grâce aux détecteurs de présence, qui économisent l’énergie emmagasinée par ces luminaires qui n’offrent que cinq heures d’autonomie à pleine puissance.

«C’est un outil de communication qui peut être choisi dans le cadre d’une démarche de développement durable», estime Marcel Ragni, président de l’entreprise qui profite elle-aussi de l’effet com’. «On intéresse les gens, c’est un fait», et pas que les clients traditionnels…



Sa société, plutôt spécialisée dans l’éclairage urbain et routier, propose déjà cette solution à des privés : projets immobiliers, usines, parkings… Des lieux qui ne nécessitent pas un éclairage continu, et qui devraient donner encore un peu de lumière aux économiques performances de la SAS, qui, après avoir connu une sensible baisse de son chiffre d’affaires pendant la crise, repart à la hausse en 2010 (32 M€, soit +35% par rapport à 2009). Le fruit, notamment, d’une politique commerciale offensive à l’export, puisque les facturations hors France ont doublé entre 2009 et 2010, passant de 6 à 12M€.

Ragni SAS, chemin du Val Fleuri Vallon des Vaux 06800 Cagnes-sur-Mer 04 93 31 05 48 - www.ragni.com

Sur la photo : Marcel Ragni, président de Ragni SAS et le «Flora LED», fleuron de sa gamme durable.


Lucie Lautrédou (Tribune Bulletin Côte d’Azur – Edition du 29 avril 2011)