Salon meuble maison décoration
Eco-responsabilité
 
 

««« Retour share
Salon meuble maison décoration : suivez la ligne verte
Le rendez-vous des professionnels du meuble a émis 89 tonnes «équivalent carbone» en 2010. La marche vers l'éco-responsabilité est lancée, reste à maintenir le cap pour l’édition 2011, du 5 au 13 novembre prochains.

  Tendance 2010 au Salon meuble maison décoration de Nice (SADECA) : le vert. Le tri était légion du 6 au 14 novembre derniers dans les allées du Palais des Expositions, éclairées aux lampes basse consommation. Le fruit de la signature par les organisateurs du salon et les 160 exposants de la Charte Eco Manifestation de Nice Côte d'Azur, un engagement en six volets portant par exemple sur les secteurs annexes de la communication ou des transports.

Traquant la porte ouverte laissant échapper la chaleur ou le stand resté allumé la nuit, les organisateurs ont réussi à limiter les émissions de cette 43è édition, montage et démontage inclus, à 89 tonnes équivalent carbone, soit les émissions annuelles produites par 42 Français moyens. Un niveau satisfaisant, sachant que, par exemple, le salon Planète Durable, qui s'est tenu à Paris du 25 au 28 mars, avec moins de 30.000 visiteurs, a enregistré quelque 117 tonnes équivalent carbone...

A Nice, ce sont les déplacements des visiteurs, exposants et organisateurs qui ont fait gonfler la note des émissions, puisqu'ils représentent 61% du total émis. Il y a cependant du mieux, puisque les 40.000 visiteurs, responsables de 42% des émissions, s'assagissent côté voiture. Ils étaient 68% à utiliser un véhicule motorisé pour se rendre au salon en 2009, pour «seulement» 62% en 2010. Un flux qui s'est glissé vers les modes doux (le vélo ou la bonne vieille chaussure), puisque la part des «sportifs» passe de 6 à 12%. «Une augmentation de 100% en un an», se félicitent les organisateurs.

Des responsables qui s’enorgueillissent également d'avoir fait entrer le tri pour la première fois au Palais des Expos. Un affirmation à prendre avec des pincettes, puisqu'il ne s'agit que du tri durant le salon. D'après Dimitri Triadafillidis, directeur général de Nice Acropolis (palais inclus), le bois, les bidons et autres peintures sont triés depuis 2008. Les moquettes partent même jusqu'en Italie pour être traitées, faute de centre adéquat dans le département.

Lucie Lautrédou

Sur la photo : Patrick Allemand, vice-président région Paca, Jacques Kotler, président du Sadeca et Pierre Paul Leonelli, adjoint au maire de Nice, délégué à la propreté.