Tribunal de commerce Antibes
Rentrée solennelle 2011
 
 

««« Retour share
Tribunal de commerce d’Antibes. Philippe Ippolito passe la main
C’est tout logiquement et en grande confiance que Gérard Perugini a pris ses fonctions de président lors de l’audience solennelle de rentrée.

  Pour le tribunal antibois, une page se tourne : 18 ans d’activité consulaire, 12 ans de présidence pour Philippe Ippolito, et un hommage collectif, pour saluer «un homme de consensus, et un chef d’entreprise avisé» aux dires du bâtonnier Michel Valiergue. Avec un satisfecit tout aussi collectif : l’évolution des mentalités, avec des dirigeants qui, de plus en plus, viennent consulter spontanément les juges d’un tribunal de commerce désenclavé, qui joue la carte du conseil et non pas de la seule répression.

Passation de pouvoir sans heurt aucun entre un président et son vice-président, élu à la majorité. Et un souffle nouveau sur l’ensemble des troupes, qui accueillent en ce début d’année 10 nouveaux magistrats : Sylvie Forner, Tourkia Lotfi, Emmanuel Bottero, Laurent Guiglion, Pascal Korhel, Robert Martin, Alain Montani, james Rolland, Marc Rom et Thierry Usclade.

Côté activité juridictionnelle : un nombre d’affaires enrôlées stabilisé (1970 dossiers), mais plus de décisions rendues (+14%), et plus aucune affaire en délibéré datant de plus de trois mois, signe évident d’un fonctionnement en bonne forme. Confirmé par le faible taux de jugements infirmés (moins de 4%). La bonne nouvelle : une baisse des procédures collectives (redressements et liquidations) de 7% par rapport à l’an passé, qui semblerait démontrer une bonne résistance des acteurs économiques sur le bassin.

L’audience solennelle a été une nouvelle fois l’occasion de remercier Jean Leonetti, député-maire d’Antibes, pour avoir appuyé la construction du nouveau palais de justice. Un an déjà… Et un service rendu au justiciable d’une toute autre qualité. Le conseil du «retraité» Philippe Ippolito : continuer à encourager la formation des magistrats, accroître leurs compétences tout en conservant l’humilité nécessaire à la fonction. «Je suis un président comblé, remplacé par un adjoint compétent, intègre et fidèle. Je lui passe le flambeau avec sérénité.» Voici Gérard Perugini intronisé avec le plus fort des soutiens, dans un climat apaisé où petit à petit, l’anticipation des problématiques donnent aux chefs d’entreprises de nouvelles armes face aux difficultés économiques.

Isabelle Auzias

Plus d'informations sur notre vidéo.