Copropriété
 
 
 

««« Retour share
Les copropriétaires et syndics à Nice
Grosse affluence pour cette 15ème édition, toujours sous l’égide de l’UNIS et de la FNAIM.

  Grosse affluence pour cette 15ème édition, toujours sous l’égide de l’UNIS et de la FNAIM, à l’heure où le ministère de la justice planche sur un nouveau projet de loi et sur la création d’un conseil national de la copropriété, sorte d’organe disciplinaire censé réguler la profession via une commission dédiée. Benoist Apparu, secrétaire d’Etat en charge du logement, un instant annoncé à Nice, n’est jamais arrivé. Et n’a donc pas pu entendre les doléances de Luc Mercier, président de l’UNIS (union des syndicats de l’immobilier de la Côte d’Azur) concernant cette commission controversée : «remettre de l’ordre, oui, mais pas n’importe comment. Que des magistrats y siègent, pourquoi pas. Que des professionnels y soient, c’est normal. Mais des notaires, des avocats ! Où est le rapport ? Pourquoi pas aussi des plombiers?» Mis en cause, un «passage en force» gouvernemental pour un projet de loi élaboré sans concertation préalable avec les principaux intéressés. Et une «réformite aiguë» qui inquiète les professionnels et fatigue les instances les épaulant. Plus de tempérance du côté de Dominique Estrosi-Sassone, venue inaugurer le salon, a préféré se cantonner aux efforts de la municipalité en faveur du parc locatif social. Les visiteurs, eux, étaient plutôt venus pour les stands, plus de 80 cette année, déroulant à Acropolis leur lot de nouveautés, en particulier du côté des économies d’énergie. Pris d’assaut également, le traditionnel espace dédié au barreau de Nice et à ses consultations gratuites : une quinzaine d’avocats spécialisés s’y sont relayés pendant deux jours. Litiges entre voisins, dégâts mettant en cause la copropriété, affrontements copro/concierge, rajout de climatiseur sur une terrasse, les questions furent nombreuses, variées, laissant peu de répit aux praticiens.

Plus d'informations sur notre vidéo.