AGIR
Réforme pénale
 
 

««« Retour share
La réforme pénale, réalité ou utopie ?
Gros succès pour le rendez-vous fixé au Majestic à Cannes par l’Association AGIR. Et belle réflexion autour d’une justice quelque peu malmenée.

  On aura regretté bien sûr qu’aucun magistrat ne figure en tribune, où ils étaient pourtant invités. Une absence comblée par l’extrême richesse d’un plateau trié sur le volet : de Me Michel Valiergue (bâtonnier de l’Ordre des avocats de Grasse) à Me Gérard Baudoux (barreau de Nice), en passant par Me Xavier de Roux (barreau de Paris, fondateur du cabinet Gide) et Me François Wagner (barreau de Nice et professeur des facultés de droit). Sans oublier les avis très prisés du doyen Roger Bernardini (professeur à l’UNS) ou de Patrick Drevon, ancien capitaine de police nationale pour ré-équilibrer le dialogue, pour le coup extrêmement constructif, qui s’est enclenché pendant plus de deux heures dans les salons du Majestic. Il fut question bien sûr des réformes en cours ou souhaitées, qu’il s’agisse du code pénal ou du code de procédure pénale, peut-être encore plus décrié dans son actuelle et désuète forme. Il fut question de ces fameuses gardes à vue «à la française», épinglées par la Cour européenne des droits de l’homme. Il fut question encore de l’indépendance du parquet, du bien fondé du juge d’instruction, de l’éventualité d’un jury populaire en audiences correctionnelles, des coups de frein politiques ou corporatistes qui depuis des années bloquent tout projet cohérent et ambitieux de réforme. A chaque profession du droit ses soucis. Et ils sont apparus fort nombreux, dans un monde judiciaire et juridique secoué par une mutation d’envergure : l’entrée de l’Europe et de ses normes dans le débat.

En introduction, Philippe Buerch, membre fondateur d’AGIR, parlait de la chose juste comme d’un principe d’équilibre, d’harmonie, de moyenne, de mesure dans la chose jugée. Une ligne de conduite bien difficile à tenir, alors que la justice-même se trouve aujourd’hui dans une position avérée d’instabilité… Et c’est bien ce qui a fait réagir la tribune, très prolixe en idées et convictions. Une belle soirée d’échanges qui s’est conclue par un cocktail et un repas entre gens de bonne compagnie, pour peut-être ouvrir encore d’autres pistes et sauver une justice française que l'on sent fiévreuse. Et pour prôner une réforme rapide et efficace. Fort attendue comme on pouvait s’en douter.

Isabelle Auzias

Sur la photo : Intervenants et partenaires autour de Philippe Buerch.


Plus d'informations sur notre vidéo.