Palmarès 2010
Montelec
BTP
 

««« Retour share
Montelec, modèle de PME du BTP
La société antiboise Montelec a connu une forte croissance entre 2008 et 2009. Un progression qui ne sera pas évidente à maintenir, car les effets de la crise risquent de se faire sentir dans le prochain bilan ...

  Avec les deux pieds dans l'électricité (courant fort : 65% et faible : 35%), Montelec est le modèle de ces PME du BTP qu'une jeunesse indécise ou sceptique gagnerait à connaître pour dissiper les préventions envers une branche encore affectée par l'image de l'émigré sous-qualifié. "Notre métier ne se limite pas à tirer du fil" explique Patrick Moulard, son PDG. "Il y a de la technicité. Efficacité énergétique, gestion technique... Une partie de notre travail se passe derrière les ordinateurs."

Compétence et sérieux sont autant de gages de stabilité pour le personnel, et de durée pour l'enseigne. A la différence des majors où le rapport entre permanents et intérimaires est de 1 à 5, les CDI représentent ici 60 à 70% de l'effectif. "Certains sont là pratiquement depuis la création, il y a 23 ans. Ils ont progressé parallèlement à l'entreprise". Et sont associés par Patrick Moulard à sa réussite. Il n'y a donc pas de miracle, si sa boîte se classe parmi les 50 premières de sa branche au chapitre rentabilité : le fruit d'une bonne gestion de trésorerie, des encours et aussi l'aboutissement de chantiers menés rondement.

Et forcément sans dumping. Une pratique devenue courante par les temps qui courent, mais incompréhensible dans un secteur où les marges tournent autour de 3 à 4%. "Mes confrères soumissionnent à des -25,-30%. Nous revenons à des prix pratiqués dans les années 2000. Cela ne présage rien de bon". Tout en restant à l'écart de ces jeux, la firme de génie climatique antiboise s'attend, après une bonne année 2009, à redescendre en 2010 à son chiffre de 2008.

Restée "l'une des rares indépendantes", avec une filiale rachetée dans les Bouches-du-Rhône pour couvrir l'est de la région, elle n'a pas trop à se plaindre avec son carnet de commandes : hôpital de Cannes (où "on a perdu des plumes à cause des 3 à 4 ans de retard sur le planning"), médiathèque de la CASA, palais des congrès de Mandelieu, hôpital Sainte-Luce à Toulon et pas mal de rénovations avec Côte d'Azur Habitat. Retenu sans doute pour ce sérieux par la SBM, qui lui a accordé le chantier du Balmoral, Patrick Moulard sait qu'un examen réussi avec cette résidence de très haut de gamme constituerait un laisser-passer pour l'ensemble de la Principauté.

Comme il sait le temps venu de négocier "un virage important" vers le photovoltaïque et l'efficacité énergétique dans le bâtiment, auxquels il s'astreint à sensibiliser ses confrères (charpentiers, étancheurs...) qui ont la tête dans le guidon des activités habituelles. "Aujourd'hui, les acteurs majeurs sont des start-ups qui posent les panneaux et font les raccordements. Les professionnels de l'acte de bâtir sont totalement occultés ; or ils doivent offrir une solution globale." Tout comme les électriciens, en tant que dernier maillon, devront s'avérer capables de piloter les informations délivrées sur les différents terminaux (compteurs d'eau, gaz, électricité) pour la "gestion intelligente des réseaux", les fameux "smart grids".

Jacques Bruyas

Sur la photo : Patrick Moulard, P-dg de Montelec.


Plus d'informations sur notre vidéo.