Eco-Vallée
Sophia
Innovation
 

««« Retour share
Jeune PME innovante et industrielle cherche place à Eco-Vallée
Un exemple de lien intelligent avec Sophia-Antipolis.

  Comme sur la lune en 1969, le «premier pas concret vers la croissance verte», constitué par la pose de panneaux solaires sur un toit, fut-il du Parc d’activités logistiques de Saint-Isidore (notre édition du 8 juillet), a été modeste. Il faut attendre d’autres réalisations, plus à la mesure de l’ambition d’Eco-Vallée, pour savoir si cette appellation est méritée. La démonstration probatoire pourrait être l’accueil d’une unité de production de capteurs solaires qu’une jeune PME innovante se propose de construire en 2011, tout en n’ayant point, pour le moment, reçu d’échos tangibles à ses premières démarches de prospection foncière. Créée en 2008 à Sophia-Antipolis, SAED a mis au point avec le Centre d’énergie atomique de Cadarache deux brevets dont elle partage la propriété, «parce que ce sera plus facile à défendre», pour fabriquer les tubes sous vide verre-verre à couche absorbante sélective. Disposés en champs, ils produisent de l’énergie solaire thermique industrielle (80-130°C) et assurent une fonction stockage d’énergie pour des puissances de 5 à 100 MW afin de produire de l’énergie thermique quand il n’y a pas de soleil, pour des besoins en climatisation, chauffage urbain, dessalement d’eau de mer ou de l’électricité à la demande, dans les zones urbaines du bassin méditerranéen, les sites insulaires, la zone intertropicale et cela sans dommage pour des réseaux de transport existants souvent fragiles. Face aux concurrents du photovoltaïque et du solaire thermique concentré, qui ne sont «pas optimaux» dans de telles conditions, SAED espère décrocher en 5 ans 0,5% d’un marché estimé à 40Md€ en 2020, une fois franchies les dernières étapes en cours : validation externe du concept industriel avec «Premio», un test grandeur nature en «smart grid» parrainé par Cap Energie à Lambesc avec l’Ecole des Mines, et une boucle pilote avec le CEA de Cadarache. Le tout doublé d’une augmentation de capital, à passer de 1,5 M€ à 5 M€ pour atteindre le seuil commercial et industriel.

Jacques Bruyas

(Tribune Bulletin Côte d'Azur - Edition du 3 septembre 2010)


Sur la photo :

Directeur général de SAED et un de ses trois actionnaires avec Pierre Laffitte, Christian Lenôtre (au milieu de ses jeunes collaborateurs) est une figure de l’intelligence énergétique ayant été créateur, en 1982, de Cristopia, l’une des toutes premières start-ups de Sophia et initiatrice du stockage de l’énergie.