Archéologie
Nice
 
 

««« Retour share
Archéologie > Nice, retour à la cathédrale originelle et au château comtal
Du nouveau sur le chantier de fouilles de la colline du château.

  Dominant Rauba Capeu, le passé religieux et militaire de Nice prend sens sous l’impulsion du PCR (Projet Collectif de Recherche) de la colline du Château, initié en 2006 et coordonné par Marc Bouiron (directeur du service Archéologie de la Ville de Nice). Plusieurs axes de recherches se complètent: les textes ( archives, textes littéraires, guides anciens, presse), l’iconographie ancienne et moderne, les fouilles archéologiques.

Les premières fouilles de 1828 et 1859 permirent de dégager les fondations de la cathédrale, de mettre à jour des sépultures dans le chœur, de découvrir des inscriptions romaines et des caveaux à l’extérieur. Elles seront été reprises en 2007. Une seconde étape s’ouvre en 1949-1964, révêlant des tessons de céramique Campanienne et des tessons à décors peints hellénistiques. Une basilique plus ancienne apparaît sous la première et les sondages atteignent le substrat rocheux, mettant à jour des inscriptions lapidaires de réutilisation. L’occupation des lieux laisse trace depuis l’âge du bronze, la période la plus représentée étant la période Républicaine (II et I A.C.) et les V et VI° siècles de notre ère.

A partir de 2008, le PCR retrouve les vestiges de la cathédrale paléochrétienne (répertoriée jusque là comme mur romain) et met à jour le cloître des chanoines et les tombeaux qui avaient déjà été fouillés et remaniés, une seconde église (Saint-Jean-Baptiste), sonde les trois tours nord des remparts tandis qu’une équipe d’anthropologues fouille l’ancien cimetière entre cité épiscopale et château. Si, aujourd’hui l’évolution de la cathédrale apparaît assez clairement, les fouilles ont aussi permis de retrouver les traces du château comtal pour lequel subsistent beaucoup d’interrogations - le réservoir et la cascade limitant les fouilles-, de déterminer la chronologie des fortifications et de comprendre la structure d’ensemble

Par la mise en place d’un protocole méthodologique d’intervention rigoureux, ce chantier présente l’intérêt de pouvoir servir de chantier école en offrant des opportunités de stages pratiques aux étudiants en anthropologie et en archéologie. C’est avec une juste fierté que Christian Estrosi a récemment présenté, en présence de l’équipe scientifique, l’avancement très significatif des fouilles à Monseigneur Sankalé, évêque de Nice.

Liliane Tibéri

(Tribune Bulletin Côte d'Azur - Edition du 27 août 2010)