Monaco
Musée
 
 

««« Retour share
A Monaco, la mer comme ultime frontière
Le Musée Océanographique fête ses 100 ans. Et renoue avec sa vocation artistique, en accueillant l’exposition Cornucopia de Damien Hirst jusqu’au 30 septembre.

  Il flotte. Ange de la mort suspendu dans l’éternité de son bassin de verre et acier. «The Immortal», un grand requin blanc de près de cinq mètres de long, gueule béante projetée en avant dans une posture d’attaque, interpelle le visiteur dès l’entrée du salon d’honneur au Musée Océanographique de Monaco. Il est l’une des 60 pièces de l’exposition Damien Hirst, invité en Principauté pour la célébration du centenaire de la vénérable institution. Son fondateur, le Prince Albert Ier souhaitait y «réunir dans un même éclat les deux forces directrices de la civilisation» que sont l’Art et la Science. «La science a pris le dessus, notamment avec les campagnes très médiatiques du Commandant Cousteau, directeur des lieux de 1957 à 1988», commente Charlotte Pringuey, médiatrice culturelle, qui orchestre en ces murs de passionnantes visites guidées (tous les jours à 14 et 16h, gratuit). «Ce centenaire était l’occasion de renouer avec cette dimension artistique, par une politique d’accueil de créateurs contemporains mêlant la nature à leur travail plastique». A 45 ans, Damien Hirst est une star, un conceptualiste touche-à-tout qui continue de faire évoluer la recherche dans l’art. Natures mortes, sculptures, peintures, installations animées… comme un écho naturel à la beauté des collections rassemblées par le prince explorateur, dans les salles d’un musée rénové pendant un an pour l’occasion, Une cure de jouvence qui semble booster la fréquentation de ce palais des mers perché sur le rocher de la Principauté. «En trois mois, le musée a enregistré 200.000 entrées. Et plus de 20% des visiteurs se déplacent pour la rétrospective Hirst.» Très scénarisée par l’artiste lui-même, cette exposition volontiers provocante dévoile deux exclusivités, The Forgiveness (et ses 3.502 insectes et arachnides) et Myth, un écorché de licorne à peine sorti de l’atelier de fabrication. Prochaine étape ? La rénovation de l’étage des aquariums (avec son exceptionnel lagon aux requins) et cette exposition consacrée à Huang Yong Ping à l’automne, axée vers la protection de la Méditerranée.

Musée Océanographique de Monaco, avenue St-Martin. Tous les jours de 9h30 à 19h30 (août) et 19h jusqu’à octobre. Tarif adulte 13€. Renseignements : (+377)93.15.36.00 et www.oceano.mc

Marc Piola Caselli

(Tribune Bulletin Côte d'Azur - Edition du 13 août 2010)


Sur la photo :

Dans le salon d’honneur fraîchement rénové, l’œuvre «The Immortal» sous le regard du Prince Albert Ier, fondateur du musée.