Exposition
Vence
Musée
 

««« Retour share
Giacometti et Maeght, version intime et familiale
Les relations amicales au coeur de l'exposition.

  Quel bonheur d’accueillir Alberto Giacometti à la Fondation Maeght. Que c’est émouvant pour nous qui l’avons connu de faire cette exposition avec sa «Vision».

Certes ce n’est ni l’exposition de Beaubourg ni celle de New-York, ce n’est pas le choc des grands événements culturels, mais c’est une exposition où l’émotion affleure l’intime d’une amicale complicité de vingt ans entre deux hommes, Aimé Maeght et Alberto Giacometti.

L’exposition réservera des surprises à ceux qui ne connaissent guère de Giacometti que la vision des femmes longilignes et de l’homme qui marche. Les sculptures relativement traditionnelles, les dessins dont l’académisme file vers l’essentiel comme pour cet arbre spectaculaire de 1918, l’étonnante maturité d’un portrait de femme tricotant, réalisé à 13 ans, les huiles puissantes et complexes comme un Bonnard, l’érotisme discret, la remarquable sculpture abstraite, la lutte toute cézanienne avec les pommes précèdent les aspects plus connus du grand public.

Si les appareils photos chauffent devant le chat et le chien, c’est peut-être dans le discret rassemblement des portraits de ceux qui furent ses amis que se trouve le cœur du dispositif. Diego, Annette, Caroline et voici reconstitué, dans l’esprit même des choix de l’artiste, le saisissant dialogue des grandes figures et des minuscules. Une œuvre toujours contemporaine.

Jusqu’au 31 octobre 2010 à la Fondation Maeght à Vence.

Liliane Tiberi

(Tribune Bulletin Côte d'Azur - Edition du 13 août 2010)


Sur la photo :

A. Giacometti, Le Chien, 1951

Bronze, 43 x 92 cm

© Archives Fondation Maeght © Succession Giacometti, Adagp Paris 2010