BTP
Laurent Trocmé
 
 

««« Retour share
Bâtiment
Le BTP 06 azuréen s'effrite

Laurent Trocmé Les effets des plans de relance semblent bien terminés. Et le secteur du BTP affronte une année 2010 qualifiée de «terrible» selon Laurent Trocmé, président de la fédération du BTP 06. «L’activité a chuté de 15 % en deux ans et de 7 % en 2009, l’année en cours s’annonce pire, les entreprises ont dû réduire leurs effectifs dans les mêmes proportions, tant pour les emplois permanents que pour les intérimaires.»

Dans le département, le secteur (qui emploie 26.000 salariés) aurait ainsi perdu 1.500 emplois. Jusqu’ici, seuls les travaux publics et le bâtiment étaient pénalisés. «Mais depuis le début de l’année, les entreprises travaillant dans la réhabilitation et la rénovation ressentent les premiers effets d’une chute des commandes. Confrontées à ce retournement de conjoncture, inattendu il y a encore quelques mois, ces entreprises de taille réduite sont plus fragiles.» Les besoins en logements, notamment sociaux, sont toujours là, mais la construction ne répond plus faute de foncier : «les stocks sont à leur plus bas niveau historique.» Le président déplore que le PLU de Nice n’ait pas pris en compte la mesure des besoins. «On parle de densification dans les villes, mais il n’y a rien, dans le document, qui matérialise cette volonté». Pourtant, Laurent Trocmé veut rester confiant : «On attend pour 2011 l’ouverture de grands chantiers, comme l’extension de la ligne 1 du tram’, mais aussi le Grand Stade, qui pourrait créer 400 emplois, ou la Gare du Sud.» La formation reste l’autre préoccupation : «le CFA d’Antibes est saturé avec 1.500 élèves, nous allons ouvrir une annexe au Lycée Croisset de Grasse. Car le simple renouvellement des générations, à effectif constant, impose le recrutement de 1.500 à 2.000 personnes par an.»

Sur la photo :

Laurent Trocmé