Immobilier
Fnaim
 
 

Immobilier : un marché du logement soutenu par les actifs
Pour la FNAIM, le premier trimestre 2010 a rendu le sourire aux professionnels, même s’il est bien difficile d’extrapoler sur trois mois esseulés.

Pierre Laurent : «Sur Nice, le niveau d’activité au premier trimestre 2010 est revenu au niveau du premier trimestre 2007. Plutôt bon résultat... Le cru 2009 avait été contrasté, avec un petit rebond au deuxième semestre. Eclaircie confirmée, quoique timide pour début 2010 sur l’immobilier. «Comment ça va ? Ca va bien…» se hasarde même à dire Pierre Laurent, président de la FNAIM 06, «avec un marché ouvert, surtout pour les actifs, en pleine reconquête», tendance observée chez les adhérents FNAIM et réseaux communs.

Toutefois, tous les secteurs ne sont pas logés à la même enseigne : ainsi, si Nice s’en sort relativement bien, avec un prix moyen au m² jugé raisonnable (3.670€), des délais d’écoulement stables, une offre plus abondante et un retour encore hésitant de la clientèle étrangère, d’autres territoires comme Antibes ou Menton sont encore un peu à la ramasse. Explication : la problématique récurrente de la pénurie de logements, et une crise qui impacte le marché, ne poussant pas les salariés à acheter. C’est le cas pour Sophia-Antipolis, où les chiffres ne re-décollent pas.

Et si les étrangers reviennent, leurs origines ont changé : exit les Russes et leurs folies des grandeurs, place aux Italiens bien sûr, à quelques Anglo-Saxons décidément bien malheureux loin du soleil et aux pays du Golfe qui débarquent en force côté Promenade ou Croisette. Mais après cette embellie, le printemps s’annonce plutôt calme, avec un mois d’avril sans regain d’activité : «tout dépend de la santé des entreprises… et les entreprises ne vont pas fort» pour Pierre Laurent. «Les chiffres du début d’année restent donc à confirmer, même si la profession est confiante. L’immobilier reste toujours la valeur refuge pour les Français, échaudés par la Bourse, qui retournent aujourd’hui vers la pierre pour sécuriser leurs investissements.» Reste cependant un segment fortement impacté : celui des résidences secondaires et du haut-de-gamme, englués dans les répercussions d’une crise fatale à ce domaine. Et bénéfiques à celui des actifs en mal de toit : jamais le prix de l’argent emprunté n’avait été aussi bas, et les aides des collectivités continuent à booster un marché que l’on sait tendu en nos régions.

Isabelle Auzias

(Tribune Bulletin Côte d'Azur - Edition du 23 avril 2010)

 
passer_annonce_legale_en_ligne
 
Détectez de nouveaux marchés:

marche_public_06_nice_cannes_antibes
 
telecharger_tribune_bulletin_cote_azur

Palmarès 2009:

creation_entreprise_greffe_nice

tribune_bulletin_06
 
n°521 du 29 janvier

annonce_legale_nice_cannes_antibes