Alpes-Maritimes
Europe
LGV
 

Le Département veut ouvrir un compte à Bruxelles
L'agence départementale des affaires européennes sera chargée de courtiser les financements
communautaires nécessaires à ses projets.

Pour le tunnel de Tende, les collectivités, d'un côté comme de l'autre de la frontière, <BR>ont loupé le coche. Il s'agirait de ne pas réitérer trop souvent ce genre d'exploit. Par manque de compréhension ou de volonté politique, notre département n'a pas su capter la manne financière européenne. Le tunnel de Tende, dont le chantier de reconstruction débute, illustre cette défaillance : "Infrastructure transfrontalière, elle avait une légitimité aux subsides européennes. Or son coût sera uniquement assumé par les deux Etats et les collectivités locales, dont notre département", déplore Gaston Franco, député européen de fraîche date. Autre exemple : Valenciennes a décroché des subventions pour son tramway, Nice non... "Nous accumulons un retard abyssal par rapport à d'autres régions." Comme Marseille, qui s'est dotée d'une équipe de 8 fonctionnaires chargés de déceler les moindres aides européennes disponibles. Gaston Franco constate la pléthore d'intervenants travaillant en ordre dispersé à la Région, au siège d'Alcotra implanté à Menton, dans les communes. "Tout le monde s'agite, mais les résultats sont médiocres." Situation d'autant plus paradoxale que notre territoire transfrontalier devrait être pilote en la matière. D'autres ont depuis longtemps séduit ces financements européens, à l'instar de la région Rhône-Alpes. "Il faut mutualiser nos moyens, être réactifs et faire un vrai travail de lobbying auprès des instances européennes."

 
  Ce qui impose au préalable de présenter des projets éligibles aux bons services de Bruxelles. D'où une formation pour les chargés de dossiers : l'agence départementale des affaires européennes, mise en place en mars, devra relever ce défi en mutualisant les moyens administratifs, techniques et humains existants et créer un vrai centre de ressources. En début d'année ont été mis en place des modules de formation avec l'aide de Nathalie Grilli, responsable de l'Antenne Europe Direct à Puget-Théniers. L'association des maires ruraux, présidée par Jean-Paul David, et celle des maires des Alpes-Maritimes s'impliquent. Gaston Franco veut faire bénéficier des aides européennes le

Campus STIC. Une délégation universitaire vient d'effectuer un déplacement à Bruxelles pour demander une aide à la création du groupement européen de coopération territoriale du Pôle de Recherche et d'Enseignement Supérieur (PRES) euro-méditerranéen associant les universités de Gênes, Turin et Nice-Sophia Antipolis. Et il ne désespère pas d'inscrire la future LGV dans le schéma du réseau ferré rapide sud-européen Barcelone-Gênes. "RFF et la SNCF doivent prendre en considération le maillon manquant entre Nice et Vintimille". Le lobbying européen est en marche. Et les premiers euros sont attendus...

Michel Bovas