Livre
Sophia
 

L’audacieuse histoire de Sophia-Antipolis en belles lettres

Après un nombre incalculable d’articles, enfin le livre bilan.

Marie-Laure Cazaux dans une aventure bouclée en un an
Ce n’est pas leur faire injure que de dire aux décideurs qu’ils devraient lire davantage. On trouve dans les bons livres des remarques d’une grande pertinence.

Comme celle de Michel Lazdunski, neurobiologiste de réputation mondiale, émise sur la technopole : «jusqu’à ses 30 ans, Sophia-Antipolis était vue comme un concept complètement neuf. A 40 ans, c’est la maturité. Cela ne doit pas marquer la vieillesse, le déclin…» Telle n’a pas été la perspective retenue par Marie-Laure Cazaux, qui a consigné ce témoignage, avec bien d’autres, dans son livre, beau, optimiste et bilingue, tant mérité par la première technopole d’Europe et tant attendu. N’avait-on pas entendu en octobre, alors que le dernier chapitre de l’ouvrage partait à l’imprimeur, un homme politique représentatif de l’économie du département regretter qu’il n’y ait encore rien d’écrit sur le sujet ? Et il n’y aurait toujours rien sans cette jeune femme, fraîchement débarquée dans notre contrée, novice dans l’édition comme dans la gestion d’entreprise (notre édition du 8 janvier 2008). S’étonnant de ce silence assourdissant pour un anniversaire qui s’annonçait -et fut- plutôt terne, elle a osé, après quelques sondages encourageants, s’atteler à cette tâche d‘envergure (donc coûteuse…) et envoyer un trio de collaboratrices sonder les reins et les coeurs des «Sophipolitains» d’origine ou d’adoption, dans les entreprises et les communes. Sera-ce pour nombre d’Azuréens, y compris décideurs, l’occasion d’approcher de près, enfin, ce drôle de machin, bien mieux connu au bout du monde, qui les fait vivre à leur insu et a sorti notre département de l’image de «bronze-cul» de l’Europe qui la menaçait dans les années 60 ?

Sophia Antipolis territoire d’avenir aux éditions Audacia, 270p à 54€

Jacques Bruyas

(Tribune Bulletin Côte d'Azur - Edition du 26 février 2010)