Tribunal de Commerce
Tribunal Cannes
Cannes
 

Tribunal de commerce > Cannes en surchauffe

Première rentrée solennelle pour Marc Degiovanni, après 18 ans de présidence Lemalle.

jean-Claude Lemalle
Nous pouvons estimer que l’ouverture de 325 procédures collectives concerne environ 2.000 emplois, pour un passif global de 50 M€». Chiffres alarmants pour la dernière rentrée solennelle de Jean-Claude Lemalle que ceux de 2009. «J’ai la conviction, à l’examen des statistiques, que ces constatations peu encourageantes résultent de l’activité particulière du bassin cannois, touché plus que d’autres par la crise, au regard de l’importance des secteurs de l’événementiel et de la plaisance.» Comme pour les juridictions voisines, procédures de sauvegarde, mandats ad hoc et conciliations augmentent, certes, «et il convient de se féliciter de cette amorce de changement», bénéfique en premier lieu aux entreprises mises en difficulté. Et Jean-Claude Lemalle va plus loin, appelant «chambres de commerce et de métiers, avocats et experts-comptables à s’associer à une réflexion sur l’encadrement du chef d’entreprise au moment de son installation et peut-être même pour la première année d’exploitation, afin d’éviter que par le biais de dispositions comme l’auto-entrepreneur ou la constitution d’une société avec un capital de 1a, il puisse se créer des entreprises polluantes pour l’activité locale». Après 18 ans de bons et loyaux services au sein de la juridiction cannoise, Jean-Claude Lemalle s’en est donc allé sous les hommages de ses pairs et alliés dans une période chaotique, où réformes judiciaires et perturbations économiques ne facilitent pas l’exercice des fonctions consulaires. Rassuré cependant devant l’aura de son successeur, «mon éducateur à mes débuts dans le domaine juridique, et un soutien d’une grande efficacité pendant ces six dernières années de présidence.» Pour autant, il ne fut pas question de retraite : et Jean-Claude Lemalle continuera à officier au sein du tribunal de commerce cannois es qualité de formateur.

REPERES

+20% pour le contentieux général et les ordonnances de référés

+6% pour les injonctions de payer

+53% de procédures collectives ouvertes (104)

+ 35% de procédures de sauvegarde, redressements et liquidations (325)

Isabelle Auzias

(Tribune Bulletin Côte d'Azur - Edition du 20 janvier 2010)