Santé
Innovation
Nice
 

Lacassagne va tester le synchrotron

La société belge IBA choisit Nice pour tester ce nouvel outil de proton-thérapie.

Synchroton
Le Conseil général s’engage financièrement aux côtés du centre Antoine Lacassagne pour aider à l’implantation, dans les locaux «Médicyc» à Fabron, d’un centre d’hadronthérapie de nouvelle génération.

Il y a 15 ans, Nice accueillait déjà sur ce site le cyclotron, un outil exceptionnel de traitement des mélanomes intraoculaires. Aujourd’hui, il héberge en sus le tout premier prototype de synchrotron, pour une proton-thérapie utilisable sur un plus grand nombre de cancers. La proton-thérapie détruit les cellules malignes avec un faisceau de particules à haute énergie jusqu’à 30 cm de profondeur. «Nous disposerons dès 2012 d’un outil unique pour traiter certains cancers, en concurrence avec la plateforme de Saclay dans l’Essone», assure le professeur Daniel Benchimol, conseiller général et doyen de la faculté de médecine. La société belge IBA (Ion Beam Application) a réalisé cet instrument pilote d’une valeur de 30 M€ avec l’équipe niçoise de conception du cyclotron Médicyc et la société azuréenne Aima-Developpement. Elle a donc logiquement proposé au Centre Antoine Lacassagne la primeur. Le centre niçois devra quant à lui réaliser les infrastructures d’accueil, que le Conseil général financera à hauteur de 5 M€. Sa mise en service devrait renforcer le pôle recherche santé azuréen.

Michel Bovas

(Tribune Bulletin Côte d'Azur - Edition du 8 janvier 2010)