««« Retour share
journal n°740 - publié le 07/05/2014

Les édiles à l'école

L'ADM 06 (association des maires et présidents de communautés des Alpes-Maritimes) s'est réunie ce 5 mai pour sa première université.

Une journée, la première depuis les élections municipales, durant laquelle petits nouveaux et habitués de l'écharpe tricolore se sont rassemblés sous le signe de la formation accélérée.

Accueillis par Jean Leonetti au Palais des Congrès d'Antibes Juan-les-Pins, les maires azuréens ont eu une journée bien remplie.

Pour commencer, l'assemblée générale extraordinaire de l'ADM 06, avec l'élection du conseil d'administration. Honoré Colomas est reconduit dans ses fonctions de président mais, à l'image des résultats des dernières municipales dans le département, l'association compte en ses rangs environ un tiers de nouveaux élus.

 

Parmi eux, Paul Burro, maire de Belvédère, conseiller métropolitain, administrateur du Parc National du Mercantour, élu ce 5 mai secrétaire général adjoint.

«Je souhaitais m'investir dans cette association utile pour l'ensemble des maires, des adjoints et des conseillers municipaux du département. L'ADM 06 aide les élus dans le fonctionnement du Conseil municipal, les éclaire sur son déroulement, comment voter, rédiger les délibérations, les arrêtés...

L'association nous guide principalement au niveau juridique, et si les juristes de l'ADM 06 ne savent pas nous répondre sur un sujet un peu pointu, ils nous aiguillent sur l'Association des Maires de France, dont l'ADM 06 fait partie.»

Des consultations juridiques, mais aussi des réunions d'information et de formation organisées toute l'année: celle du jour, dédiée au conseil municipal, la prochaine, à Castagniers, sera dévolue aux finances, une autre à la réforme des rythmes scolaires, encore une au statut d'officier de police judiciaire...

 

L'ADM 06 offre donc un support juridique mais, pour Paul Burro, la particularité de cette mandature, c'est le besoin de soutien moral : «les maires ont compris qu'avec les économies liées à la crise (1,5 milliard d'euros de moins sur l'année côté dotations de l'Etat), ils ne feront pas grand-chose sous cette mandature. Or, si l'on promet monts et merveilles à nos administrés et qu'on ne peut pas tenir nos engagements, qu'est-ce qu'ils vont faire à la fin du mandat ? Nous mettre dehors. C'est tout le problème. Sur la question des rythmes scolaires par exemple, on diminue nos revenus mais on nous crée des contraintes supplémentaires. Les élus n'ont déjà pas le moral, alors que d'habitude, c'est aussi le cas, mais plutôt en fin de mandat...»

 

 

 

L'ADM 06, la force du collectif

 

Martine Barengo-Ferrier vient d'être élue maire de La Bollène Vésubie. Mais n'est pas novice sur son territoire, ni en politique.

 

«Je suis née à La Bollène et fonctionnaire territoriale à la mairie d'Isola, ce qui me donne une bonne connaissance des affaires communales et rurales. Je suis actuellement en disponibilité car, en tant que conseiller métropolitain, je ne peux pas être salariée d'une commune membre de la Métropole. Je me consacre de fait entièrement à mes fonctions de maire.

Je suis entrée au Conseil municipal en 2008 et, suite au décès d'Alain Margaritora en cours de mandat, je suis devenue première adjointe de son successeur, Alain Cassini. Celui-ci ayant décidé de ne pas se représenter, je me suis proposée car je jugeais normal qu'il y ait une continuité dans ce qui avait été engagé au cours du dernier mandat.

 

Lorsque j'étais première adjointe, j'ai bénéficié de plusieurs formations de l'ADM 06, notamment en matière de finances publiques, de marchés, des domaines où la législation est compliquée. Des formations qui m'ont été très utiles, dispensées par des intervenants de qualité. C'est rassurant car dans les petites communes, nous n'avons pas suffisamment de services administratifs pour tout gérer.»

 

Et Martine Barrengo-Ferrier voit une autre bonne raison d'adhérer à l'association : «la représentation départementale, la réforme des rythmes scolaires, le redécoupage des cantons... Toutes ces préoccupations locales sont fédérées au sein de l'ADM 06, et nous permettent d'avoir un peu plus d'écho au niveau national.»

 

 

 

 

 

 

 

 


Lizza Paillier