««« Retour share
journal n740 - publi le 07/05/2014

Quand un antiquaire plonge en art contemporain

Pepper Gallery, un zeste de peps rue Thuret Antibes.

Gilles Calabria est né dans l’antique, a vécu dans l’antique et y a fait une jolie carrière. Il est tombé dans le contemporain voici une vingtaine d’années, introduisant, à Metz, des œuvres au milieu des pièces anciennes.

Et voici désormais le grand saut, l’ouverture d’un bel espace galerie dévolu au contemporain tout en gardant un clin d’œil au tribal, dans une jolie rue du vieil Antibes un peu endormie dans sa nonchalance en hiver.

 

En fait, il a commencé à suivre les expositions d’artistes qui le fascinaient dès 1956. Ils avaient une vingtaine d’années de plus que lui, mais il n’avait alors pas les moyens d’acheter. Dés qu’il a pu, il s’est lancé dans l’acquisition de Telemaque, Rancillac, Monory, Peter Klaser (dont il apprécie particulièrement les compositions avec néons), Messac…

Avoir choisi la figuration narrative comme cœur de sa collection n’est pas signe de tiédeur pour un galeriste craignant d’avoir opté pour le contemporain trop tardivement, se demandant s’il aura l’ audace de se lancer aux côtés de jeunes créateurs. Haut les cœurs, on n’en doute pas.

 

Pour l’instant, il défend aussi le travail de deux artistes installés dans la région, Andeleu et Lavigne (voir notre vidéo). Et ce n’est pas un vain mot, car il faut reconnaître à notre galeriste un qualité rare dans un secteur où prévaut le dépôt : il achète avant d’exposer et de vendre. Un marchand qui rêverait de pouvoir exposer Fabienne Verdier, qui affiche clairement ses prix, pas un courtier.

 

Persuadé que l’art doit rester abordable tout autant qu’Antibes doit confirmer sa vocation artistique, il avance en pionnier à deux pas des remparts, où il souhaite voir s’installer des concurrents afin que naisse une saine émulation.

 

 

 

 

 

Liliane Tiberi

Vidéo Isabelle Auzias

 

 

 



20 rue Thuret à Antibes
04.89.68.67.80