««« Retour share
journal n739 - publi le 30/04/2014

Nulle trace de sinistrose pour Antibes Art Fair

Une 42me dition qui rvle la bonne sant du march du luxe.

De la petite manifestation (un marché à la brocante place Audiberti) lancée par quelques commerçants du vieil Antibes pour animer la saison creuse, au salon actuel, il a fallu beaucoup d’enthousiasme et de bénévolat pour réussir. Claude Ammirati, conseiller municipal, Gérard Fantino, comptable, Robert Merle, fromager, Alain Barale, restaurateur et, bien sûr, l’antiquaire Jean Gismondi, rejoints par tous les commerçants de proximité quand le salon se développe, porté par la qualité… et les affiches de Peynet. De la brocante, on est passé à l’antiquité, à la grande qualité, aux collectionneurs.

 

Et c’est plein les mirettes que s’ouvre la visite avec en premier plan, d’un côté Louis XIV, de l’autre César ou plus exactement la galerie Gismondi et la galerie Pieters. Et les deux font bon ménage, les acheteurs mêlant aujourd’hui volontiers l’un à l’autre, ayant appris à sortir de cadres rigides. A couper le souffle, dans une mise en scène très soignée, des pièces fastueuses au bois noir rehaussé, incrustées d’écaille, décorées de riches bronzes dorés, ou cette bonbonnière plus féminine dans le second espace.

 

Côté Guy Pieters, nouveau venu sur le salon, Calder ou Niki de Saint-Phalle avec de délicieux petits vases et un sublime sofa, tendre confident bleu éclatant, résume à lui seul d’une approche fantasque et sensible de l’objet. Face à Rosenquist et Indiana, venu du Louvre des Antiquaires, Jean-Christophe Scalabrino présente une orfèvrerie fastueuse dont un saisissant surtout de table venu d’Estoril, deux merveilleux rafraîchissoirs estampillés aux armes de France  parmi d’autres pièces d’exception aux très nobles origines.

Des bijoux de très, très haute lignée -à ne pas photographier et discrètement protégés- et voici, en parfum sudiste, la galerie Pentcheff de Marseille avec des artistes que la lumière de Provence a enchantés, des vues locales mais aussi Picasso ou Bonnard, un éclatant Jeux de fillettes de Dinet  ou un truculent Tirailleurs  de Chabaud, très expressionniste.

Artnew Gallery (Montpellier) vient pour la première fois avec des Pavlos, une sculpture de Vasarely, Balla, Viallat et s’en félicite tout autant que Robertaebasta de Milan avec un spectaculaire ensemble mural d’aluminium, des lustres d’exception, des appliques qui orneront si bien un yacht. Nouvelles grandes tendances avec la galerie Janssen et le marché de la photographie d’art en très grands formats -les nus sensuels d'un Marc Lagrange ou les photos animalières d’un défenseur de la faune sauvage, Serge Van De Put- et les autographes et manuscrits de Manuscripta.

 

La richesse et la sélection bien ciblée de l’offre sur le salon ouvre sur la satisfaction des exposants interrogés, qui ont tous réalisé des ventes et rencontré de nouveaux collectionneurs, soulignant une fois encore la qualité du Antibes Art Fair.

 

 

 


Liliane Tiberi

 Vidéo Isabelle Auzias

 

 

 


Jusqu’au 5 mai de 10h30 à 19h30,
Port Vauban à Antibes.