««« Retour share
journal n°735 - publié le 03/04/2014

Gérard Cerruti, plus Nice que Marseille

Le patron de l’UP du Var avoue qu’il est plus facile de travailler avec les Maralpins.

Gros plan sur notre voisin le Var, un département où les services représentent 70% de l’activité des 47.000 entreprises recensées et où les TPE, comme chez nous, sont légion. «Il y a du travail, il serait malhonnête de dire le contraire, mais nous sommes fortement impactés par la chute de nos marges. La faute à une concurrence colossale, avec maintenant de grandes entreprises qui se positionnent sur le moindre petit marché. Des groupes qui ont des moyens que nous n’avons pas…»

 

Et Gérard Cerruti, à la tête d’une belle entité de 650 salariés dans le secteur du nettoyage industriel (ESTRA, avec une excroissance sur… Vallauris), sait de quoi il parle. «Finalement, nous résistons plutôt bien. Mon chiffre d’affaires est en croissance, dans une période difficile où il faut constamment se battre. C’est une obligation, puisque nos marges baissent…»

 

 

> Les petits s’adaptent, les gros souffrent

 

De la vertu d’être menue pour une entreprise : «si du jour au lendemain, les activités s’amenuisent, une petite unité pourra plus facilement se recadrer sur autre chose. Elle peut rebondir, et c’est une réelle opportunité que les grosses structures n’ont pas.» Du coup, lorsque Gérard Cerruti monte à Paris, au MEDEF, il n’est pas le président le moins bien loti. «D’autres régions souffrent énormément, avec des pans entiers d’activité qui s’effondrent.»

 

Le Var et les Alpes-Maritimes sont donc pour l’heure logés à la même enseigne conjoncturelle. «Nos marchés sont similaires, et vous comme nous savons qu’il est difficile de supporter la mentalité marseillaise.»

Toulon pourtant n’est qu’à 60km de la grand-ville, mais rien n’y fait. «Quand j’ai voulu créer une antenne pour ma société, j’ai regardé à droite et j’ai regardé à gauche. Et je me suis installé dans le 06.»

Peut-être une chance : l’agglo toulonnaise aujourd’hui compte 500.000 âmes, et le Var est en crue démographique. Il vient même de nous dépasser. Alors autant coopérer...

 

 

 


Isabelle Auzias