««« Retour share
journal n°735 - publié le 03/04/2014

Challenge Jeunes Pousses : le côté analogique de la force

Lors de la finale du 12e CJP, le jury a récompensé Ana Sounds et son rack de pédales pour guitares.

Ce 28 mars dans les locaux de Skema, l'amphi était quasi-plein pour la finale du premier Challenge Jeunes Pousses nouvelle formule. Créé il y a 12 ans par Telecom Valley, le concours, qui a pour vocation de sensibiliser les étudiants à l'entrepreneuriat, se déroule désormais deux fois par an, sur six mois.

Pour cette 12e édition, quatre équipes se sont affrontées en finale devant un jury présidé par Valérie Blanchot-Courtois (Skema Business School), composé d’Olivier Guillin (CCI Nice Côte d’Azur), André Labat (Incubateur Paca-Est), Christophe Bourgue (Schneider Electric), Stéphane Ngo Mai (Université Nice Sophia Antipolis), Michel Callois (CEEI Nice Côte d’Azur) et Pascal Martinez (Acute 3D).

Le format : 20 minutes de présentation du projet, en français ou en anglais, suivies de 10 minutes de questions-réponses avec le jury.

 

Une belle mouture pour ce 12e CJP, mais l'équipe de Telecom Valley ne chôme pas, et prépare déjà la 13e édition, à laquelle les étudiants en master et doctorat de l'UNS et des grandes écoles azuréennes pourront s'inscrire dès septembre.            

 

 

 

ILS ONT GAGNE

 

 

C'est donc Ana Sounds (notre vidéo) qui a remporté, entre autres, le prix Isabelle Attali et un chèque de 3.000€. Alexandre Ernandez et son acolyte Nicolas Eynaud (Polytech Nice-Sophia), avec Verena Mai (Skema), planchent sur un produit innovant destiné à faciliter la vie des... guitaristes : un système de contrôle des pédales qui change les effets à l'aide d'un seul bouton, en gardant un son analogique.

Plus besoin de rester scotché devant son pedal board, les futurs Angus ou David Levita pourront envoyer la disto tout en arpentant la scène.

 

Attention, Ana Sounds n'est pas née de la dernière pluie: déjà un an qu'Alexandre Ernandez, en auto-entreprise, fabrique des pédales d'effets maison, vendues pour l'heure sur internet, et dès cet été en magasin (ça devrait bouger du côté de Lepante ou de la rue Hancy). Le CJP, c'était avant tout pour progresser sur la partie marketing. Pour cela, l'équipe a été coachée par Pierre Corbucci et Sophie Erhard, de la société Hone.

 

Ana Sounds devrait incessamment se muer en société, et lancer la fabrication grâce à des stagiaires élèves-ingénieurs de Polytech, puis se rapprocher des centres d'aide par le travail (ESAT) du département, pour inonder la France, puis l'Europe.                                 

 

www.anasounds.com

 

 

 

 

 

 

ILS N'ONT PAS DEMERITE

 

 

 

> Le projet Appart-à-porter, une plateforme qui mixe réseau social et annonces immobilières, était soutenu par Mickaël Léger, Altea Barbato (Polytech), Dragica Ilieva et Charoukina Davidoff (Master 2 Hôtellerie internationale – UNS), et coaché par Cédric Ulmer (France Labs).

Avec pour cible les étudiants et les co-workers, le projet vise à matcher demandes et offres de colocations et d'espaces de co-working.

 

 

 

 

 

> On passe à table avec Régim'Io, un label pour identifier les restaurants susceptibles d'accueillir végétariens, allergiques au lactose et autres intolérants au gluten.

Le projet est porté par quatre étudiants en Master 2 Hôtellerie internationale : Steven Vigne, Thélise Rocquin, Bettina Souille et Rémy Kark, qui ont bénéficié des conseils avisés de Séverine Herlin (ViaNoveo) et de Me Samih Abid.

 

 

 

 

 

 

> Enfin, Bruno Pourcines (Pix & Associates) a coaché une équipe panachée, avec Nicolas Baldacchino et Sylvain Pelfanian (Skema), Fleur Page (IUT Gestion) et Youssef Boudjema (Master 2 Hôtellerie internationale). Ils ont imaginé Wash'n'bar, «par et pour des étudiants.»

Un monde dans lequel laverie automatique ne serait plus synonyme d'ennui mortel, puisque dans ce monde-là on pourrait boire des coups ou s'installer pour travailler pendant que la machine tourne.

S'ils n'ont pas remporté le Challenge Jeunes Pousses, ils sont tout de même en lice sur le plan national pour le prix Pépite, lancé par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche. Benoît Hamon, la balle est dans votre camp...

 

 

 

 

 

 

Lizza Paillier