««« Retour share
journal nį732 - publiť le 13/03/2014

Et si la pluie solide díAnet inondait le marchť ?

La sociťtť cannoise commercialise une technologie inventťe au Mexique qui permet de stocker líeau sous forme solide.

La pluie solide ? Ceci n’est pas un canular… Le produit est bel et bien distribué en France par Anet International, présidée par Christophe Lafuente, qui commercialise sur son site web une poudre miracle destinée aux plantes. Des granules qui peuvent absorber jusqu’à 500 fois leur poids en eau. «L’eau de pluie est stockée sous forme de gelée au niveau des racines de la plante. Elle est ensuite restituée au fur et à mesure de ses besoins. A chaque nouvelle pluie, la gelée se recharge en eau.» Magique !

 

Les champs d’application du produit sont multiples (transports réfrigérés, lutte contre les incendies et les inondations), mais sa principale fonction dans l’esprit de son inventeur, l’ingénieur chimiste mexicain Sergio Rico, c'est de lutter contre la sécheresse. Il adapte pour ça le polyacrylate de potassium, utilisé notamment dans... les couches pour bébé.

 

Interpellé par cette innovation, Christophe Lafuente se rend aussitôt au Mexique à la rencontre de Rico. Il obtient les droits commerciaux pour l’Afrique, l’Europe et le Moyen-Orient. Entre le montage du business plan et la demande d’homologation, près d’un an aura été nécessaire avant la mise en vente en France. 

 

Pour l’heure, cette pluie solide est autorisée pour le seul jardinage. Pas encore pour l’agriculture : «la France impose une étude d’environ trois ans pour prouver une innocuité qui a déjà été démontrée aux Etats-Unis.» Du coup, Anet cible pour le moment les particuliers. «Finie la corvée d’arrosage, souligne Patrick Chaumern, associé dans le projet. La poudre permet à la plante d’être plus vigoureuse en lui faisant bénéficier en permanence de l’humidité dont elle a besoin.»

 

Dans ses locaux du boulevard Carnot, Anet a des allures de société artisanale. C’est pourtant à un marché mondial qu’elle s’attaque. L’objectif est d’investir rapidement les marchés étrangers. «Nous sommes optimistes, indique Christophe Lafuente. Les décideurs sont réceptifs et conscients qu’il faut trouver des solutions face au changement climatique.» 

Anet souhaite aussi s’inscrire dans l’économie solidaire. L’entreprise reversera une partie de son chiffre d’affaires à des associations. «Sur un pot de 500 grammes vendu à 39,99€, 5€ seront redistribués, promet Christophe Lafuente. On est là pour être prospères mais aussi pour aider.» 

Son rêve ultime : participer au projet de la grande muraille verte, une bande de 7.500km de plantations de l’Est à l’Ouest de l’Afrique.

 

 

 



Pierre-Olivier Burdin

 



www.pluie-solide.com